Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 11:12





Orange à nouveau attaqué pour une antenne relais

Olivier Chicheportiche, publié le 3 juin 2009

 

Sécurité - Le bras de fer continue entre le maire de Château-Thierry et l'opérateur historique. Une action en référé a été lancée.

L'opposition à la présence d'antennes-relais de téléphonie mobile près de lieux sensibles comme les écoles ne faiblit pas. Après avoir été déjà condamné à démonter une antenne près d'Angers, l'opérateur historique est aujourd'hui dans le collimateur du maire de Château-Thierry dans l'Aisne.

L'affaire débute en mai. Jacques Krabal, maire de la ville décide de fermer, temporairement, un établissement scolaire dont la localisation est jugée trop près d'une antenne. Selon le maire, Orange avait "une autorisation d'exploitation à une distance de 98 m par rapport à l'école, alors que dans les faits, elle se situe à 68 m de l'école". Ce dernier met en avant une réglementation européenne qui interdit l'installation de ce type d'antennes à moins de 100 mètres d'infrastructures scolaires et affirme que la mairie a été "frauduleusement influencée" par la notice d'information technique d'Orange.

Aucune irrégularité

Malgré les négociations, Orange refuse de céder, arguant qu'il n'existe aucune réglementation européenne ou nationale fixant une minimale de séparation entre les antennes et les écoles. Chacun campe donc sur ses positions.

Mais ce mardi, Jacques Krabal décide d'aller plus loin et a annoncé son intention d'attaquer en justice l'opérateur de téléphonie pour le contraindre à déplacer l'antenne-relais.

"Le conseil municipal décide d'engager au nom de la commune une action en référé contre la société Orange devant le tribunal de Grande Instance de Soissons. (...) L'action vise à ordonner à Orange de déplacer cette antenne en vertu du principe de précaution et du trouble anormal qu'elle crée au voisinage", indique la municipalité dans un communiqué.

Orange affirme de son côté qu'il n'y a "aucune irrégularité" de sa part et que son dossier "est totalement conforme". L'opérateur s'est engagé à mettre en oeuvre une fois par an des mesures de champ électromagnétique, antenne éteinte et allumée.

Grenelle des ondes

Cette affaire intervient au lendemain du Grenelle des ondes, réunion dont l'objectif était de trancher sur la question de la nocivité, ou non des ondes mobiles (terminaux et antennes). Rappelons que les auteurs du rapport n'ont pas apporter de réponse claire, tant les études scientifiques sur le sujet sont contradictoires.

Les membres du groupe de travail prônent néanmoins une expérimentation de l'abaissement des valeurs d'émission des antennes-relais de 41 V/m à 0,6 V/m au cours de l'été dans des villes pilotes.

Du côté des opérateurs, on souligne que cet abaissement aura mécaniquement des effets sur la couverture, notamment indoor. Ces derniers s'étonnent également de la multiplication des décisions de justice défavorables (les trois opérateurs ont été condamnés à retirer des antennes un peu partout en France) alors que le gouvernement réclame une accélération de la couverture et donc du déploiement des antennes.

Par Olivier Chicheportiche, ZDNet France


Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans LES MAIRES QUI RESISTENT

Pour Adherer