Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 20:47



Communique de presse de ROBIN DES TOITS et du Supap-FSU

Un panel de 20 citoyens parisiens sélectionné pour rendre un avis éclairé sur l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé des technologies sans fils ( téléphonie mobile, Wifi, DECT etc.…), rendra ce soir ses conclusions à 19h30 au Maire de Paris à l’Hôtel de Ville.

Après avoir auditionné l’ensemble des acteurs du débat (industriels, opérateurs, syndicats, associations, médecins, scientifiques et malades électrosensibles) les parisiens ont tranché en faveur du principe de précaution. La Conférence Citoyenne demande donc au Maire de Paris de désactiver le Wifi dans tous les espaces publics (mairies, bibliothèques, parcs et jardins …).

Elle demande également que soit appliqué à Paris un seuil maximum d’exposition aux ondes de la téléphonie mobile à 0,6 Volt par mètre (seuil de précaution recommandé par les scientifiques indépendants) contre les 2 V/m en moyenne sur 24h actuellement en vigueur dans la Charte Parisienne.

Les Parisiens souhaitent également une véritable information en direction des utilisateurs de portable, une diminution drastique de l’exposition du public dans les transports collectifs et plus généralement une plus grande implication de la Ville de Paris sur l’impact sanitaire de ces technologies.

L’association « Robin des Toits » et le syndicat parisien « Supap-FSU » constatent que lorsque les conditions du débat sont réunies, les citoyens adoptent les mêmes positions que la justice qui s’est à plusieurs reprises prononcée en faveur du principe de précaution.

Nous demandons que Paris se porte candidate pour être « Ville Pilote » pour l’application du seuil de 0,6 V/m, proposition initiée par « Robin des Toits » lors du grenelle des ondes, qui recueille à ce jour l’adhésion de plus 40 communes en France. Cette proposition a été accepté par le gouvernement.

_____________________________________________________



Antennes-relais et Wi-Fi : "la conférence parisienne" préconise la prudence


Les citoyens de la "conférence parisienne ondes, santé, société", mise en place en juin 2008, ont recommandé, jeudi 18 juin, la prudence à la mairie de Paris, avec notamment l'abaissement du seuil d'exposition aux ondes électromagnétiques et l'arrêt de l'installation d'antennes-relais à proximité des établissements scolaires.

Dans leur avis, comprenant dix recommandations non contraignantes, treize citoyens parisiens (sur un panel de vingt au départ) spécialement formés et missionnés sur cette question, ont préconisé de "modérer la surenchère des équipements numériques". Ils mettent notamment en avant "la complexité du sujet et l'incertitude des données scientifiques".

"Le risque zéro n'existe pas. Nous recommandons cependant d'optimiser le réseau (technologie et implantation) pour atteindre un seuil de 0,6 volt/mètre", indiquent-ils, soulignant que "d'autres villes s'engagent dans ce sens". Actuellement, le seuil d'exposition à Paris est fixé à 2 volts/mètre par la charte parisienne de téléphonie mobile négociée entre la ville et les opérateurs.

La conférence souhaite également "la non-implantation des antennes-relais à proximité des établissements scolaires et le non-usage des portables au sein d'établissements scolaires par les enfants". Enfin, elle recommande, lorsque cela est possible, de ménager "des lieux publics sans ondes" et de "privilégier dans les bâtiments publics (administration, bibliothèques, écoles, hôpitaux) l'utilisation filaire par rapport au wifi".


______________________________________________________

Source :  Romandie news

Antennes relais et wifi à Paris: satisfaction de "Robin des Toits"

PARIS - L'association Robin de Toits et le syndicat Supap-FSU se félicitent des propositions de la conférence parisienne "ondes, santé, société" prônant le principe de précaution à Paris pour l'impact sur la santé des ondes électromagnétiques des technologies sans fil (téléphonie mobile, wifi etc).

Dans un communiqué jeudi, l'association se réjouit que "la conférence citoyenne demande au maire de désactiver le wifi dans tous les espaces publics (mairies, bibliothèques, parcs et jardins)".

Robin des Toits et le syndicat parisien Supap-FSU demandent que Paris se porte candidate à être +ville pilote+ pour l'abaissement du seuil d'exposition aux ondes électromagnétiques à 0,6 volts/mètre" (seuil de précaution recommandé par les scientifiques indépendants) pour l'exposition aux ondes électromagnétiques. Cette proposition est reprise par la conférence "ondes, santé,société", alors que le seuil actuel est fixé à Paris à 2 volts/mètre par la charte parisienne de téléphonie mobile.

Une quarantaine de villes françaises sont candidates à ce type d'expérimentation, comme Courbevoie, Fontenay-sous-Bois, Vincennes, Pau, Grenoble ou Rennes, précise-t-on de même source. A l'étranger des expérimentations ont été demandées en Toscane, à Bruxelles ou Salzbourg.

Robin des Toits et Supap-FSU considèrent aussi comme "une avancée majeure" la préconisation de privilégier le filaire par rapport au wifi dans les bâtiments municipaux, soulignant que cette décision "dépend de la mairie de Paris".

(©AFP / 18 juin 2009 16h47)

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans REVUES DE PRESSE

Pour Adherer