Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 11:22

    Publié le 23/06/2009 04:34 | LaDepeche.fr

Plus de 600 personnes, des parents de l'école Marie-Curie et des habitants du quartier ont signé une pétition contre les relais d'Orange.

Interventions du collectif et de parents élus au conseil d'école, échanges, musique et pique-nique, ont rassemblé une cinquantaine de riverains de La Capélanié dimanche soir. DDM.
Interventions du collectif et de parents élus au conseil d'école, échanges, musique et pique-nique, ont rassemblé une cinquantaine de riverains de La Capélanié dimanche soir. DDM.
Interventions du collectif et de parents élus au conseil d'école, échanges, musique et pique-nique, ont rassemblé une cinquantaine de riverains de La Capélanié dimanche soir. DDM.

Partie de parents d'enfants scolarisés au sein de l'école maternelle Marie-Curie, la mobilisation contre l'implantation dans le secteur de la Capélanié d'une antenne destinée à supporter des relais de l'opérateur de téléphonie Orange, s'étend désormais dans tout le quartier. Voire même au-delà. Une pétition aurait d'ores et déjà recueilli près de 700 signatures. « Certains signataires ne sont pas riverains de l'implantation projetée, précise volontiers Claude Latger. En effet, des personnes résidant sur d'autres secteurs de la ville se sont senties concernées également en découvrant qu'elles vivaient déjà non loin de mats supportant des relais. »

Claude Latger s'affiche désormais comme le porte-parole d'un collectif de riverains opposés à l'installation de l'antenne Orange aux abords du stade de la Capélanié, et donc, à proximité d'une école maternelle, d'une église protestante, et d'un secteur pavillonnaire. « Je suis inquiet à double titre, nous confie Claude. Je vis non loin de là, et mes deux petites filles fréquentent cette école ».

Dès sa constitution, le collectif a adressé une correspondance au maire, Pascal Bugis, pour solliciter une entrevue. « Pas de réponse à ce jour… », signale Claude. Après quelques semaines de patience, les parents de l'école, eux, ont obtenu la rencontre qu'ils souhaitaient avoir avec le premier magistrat. Elle se tient ce soir dans les locaux de la maternelle à partir de 18 h 30. Par l'entremise de la directrice de l'établissement scolaire, le maire a invité tous les parents à y participer. Dans son courrier il précise : « le projet d'implantation d'une antenne a suscité un certain nombre d'interrogations voire de rumeurs… ». Sans aucun doute un effet de style pour affirmer qu'il compte bien répondre à toutes les questions, notamment celles auxquelles n'avaient pas pu répondre ni son adjointe à l'enseignement, Michèle Galissard (lors d'une rencontre avec les représentants élus des parents), ni Xavier Borie (adjoint à l'urbanisme et délégué de la ville aux derniers conseils de l'école).

À propos de conseils d'école, le tout dernier s'est tenu vendredi dernier. Une motion « anti antenne » devait y être soumise. Il n'en fut finalement rien. Les délégués de parents préférant, d'une part, attendre le débat prévu ce mardi avec Pascal Bugis, et d'autre part laisser désormais les initiatives au collectif de riverains. Ainsi, ont-ils, dès dimanche soir, partagés la paternité et l'organisation d'une soirée de « protestation festive » devant l'école. À l'occasion de la Fête de la musique, le groupe Glass and the dog, où joue un parent d'élève, a proposé une partie de son répertoire pendant que des habitants de la Capélanié échangeaient points de vue et informations sur le projet d'antenne, comme sur le problème des émissions d'ondes en général. « Depuis avril, nous avons appris plein d'infos, notamment juridiques, sur nos droits », souligne une élue au conseil d'école.

« Sur Castres, il y aurait déjà 23 mats et antennes, dont certaines en secteurs très urbanisés, ajoute un riverain. Cela mérite réflexion… Et quoi qu'il en soit, les concernés par toute nouvelle implantation méritent un minimum de respect et d'information en amont ». La suite des débats, ce soir ! Serge Boulbès

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans PRESSE REGIONALE

Pour Adherer