Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 07:41



Écrit par Sylvain Michel  Le 20 juillet 2009

Arte propose une enquête sur les risques liés à l’utilisation du téléphone portable. Intitulée “Sous le feu des ondes”, elle est signée Jean-Christophe Ribot. Diffusion mercredi 22 juillet à 22h15.

Rediffusion samedi 25 juillet à 05H00, samedi 1 août à 10H55 et mardi 
4 août à 05H00
(France, 2008, 52mn)


Les enjeux sont à la fois économiques et sanitaires. Ce documentaire diffusé par Arte souhaite trouver un équilibre entre les explications scientifiques et les enjeux qui pèsent sur la recherche. Pour mieux comprendre le problème des rayonnements électromagnétiques, le film se propose de répondre aux questions suivantes: Qu’est-ce qu’une onde magnétique?  Qu’est-ce que le Das ? L’électrohypersensibilité? Les effets non thermiques ?

Les spécialistes interrogés

Franz Adlkofer (Directeur de recherches), Fondation Verum (Allemagne) : Franz Adlkofer a coordonné le programme Reflex, programme de recherche financé par l’Union européenne, mené entre 2000 et 2004, et regroupant douze laboratoires de sept pays différents. Il a conclu à un effet génotoxique des rayonnements des téléphones mobiles sur l’ADN humain.

Lennart Hardell (Médecin épidémiologiste), Hôpital universitaire d’Örebro (Suède) : professeur d’oncologie et d’épidémiologie du cancer à l’université d’Örebro, en Suède. Ses recherches se sont principalement concentrées sur les facteurs de risque liés au cancer, tels que l’exposition aux pesticides et aux polluants persistants (herbicides, dioxine, PCB). Avec son équipe, il s’est penché sur les risques de tumeurs cérébrales liés à l’utilisation des téléphones cellulaires et des téléphones sans fil.

Olle Johansson (Neurobiologiste), Institut Karolinska (Suède) : Olle Johansson a été l’un des premiers chercheurs dans le monde à considérer sérieusement les symptômes de l’électrohypersensibilité. Il a publié au sein de son unité de dermatologie expérimentale plusieurs centaines d’articles originaux, écrit des chapitres de livres, donné de nombreuses conférences, participé à des revues sur les connaissances dans le domaine des neurosciences appliquées et fondamentales.

Isabelle Lagroye (Biologiste), maître de conférence EPHE, CNRS-IMS, université de Bordeaux (France)

Andrew Marino (Professeur de biologie cellulaire), LSU Health Sciences Center (Louisiane, États-Unis) : biophysicien, professeur de chirurgie orthopédique, Andrew Marino est l’un des précurseurs de la médecine électromagnétique. Auteur de trois livres et plus de 140 parutions scientifiques, dont la moitié porte sur les effets de la pollution électromagnétique sur le vivant.

Leif Salford (Professeur de neurochirurgie), Hôpital universitaire de Lund (Suède) : cet expert en chirurgie de tumeurs cérébrales a montré qu’une exposition de deux heures à des DAS de rayonnements GSM dix à cent fois inférieurs aux limites autorisées provoquait une perte d’étanchéité de la barrière sang cerveau chez le rat, provoquant une hausse significative du nombre de cellules nerveuses endommagées.

Rony Seger (Biologiste moléculaire), Institut Weizmann (Israël) : spécialiste des enzymes et de la signalisation cellulaire, Rony Seger s‘est penché sur la cascade d’événements immédiatement induite au sein d’une cellule après exposition à un stress électromagnétique de très faible puissance.

Bernard Veyret (Directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire de bioélectromagnétisme), CNRS-IMS, université de Bordeaux (France) : Bernard Veyret a participé à la rédaction de nombreux rapports européens et français sur le thème « champs électromagnétiques et santé ». Il appartient à l’ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection) qui détermine les normes d’exposition aux champs électromagnétiques.

Alain Vian (Physiologiste végétal), CNRS-LASMEA - Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand (France) : Alain Vian est un spécialiste du stress végétal, par exemple les signaux biochimiques émis par une plante dont les feuilles sont brûlées par une cigarette ou percutées par une goutte d’eau. Ses travaux prouvent que des micro-ondes de faible intensité provoquent sur une plante, dans les minutes qui suivent l’exposition, une réponse de stress, claire et sans équivoque. Sa méthodologie particulièrement bien pensée lui a valu d’avoir deux articles cités dans le top 100 des publications de l’année 2007, une distinction attribuée par un comité de 300 chercheurs internationaux en sciences de la vie.

Joe Wiart (Ingénieur), France Telecom R&D (France) : docteur en physique et directeur de l’unité de recherche de France Télécom sur l’interaction des ondes électromagnétiques et du corps humain, Joe Wiart est notamment responsable des mesures de DAS au sein d’Orange Labs. Ses travaux ont confirmé en 2008 que pour un même téléphone mobile, la tête d’un enfant était plus exposée que celle d’un adulte.


Lire l'article sur le site DD Magazine

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans ACTIONS DE SENSIBILISATION

Pour Adherer