Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 17:29
                 
     LE MONDE | 17.09.09 | 15h59  •  Mis à jour le 17.09.09 | 16h04

Le Grenelle des ondes, dont l'issue en mai avait déçu les associations de protection de l'environnement, vient néanmoins de satisfaire une de leurs demandes majeures : expérimenter une diminution de l'exposition aux radiofréquences des antennes relais de téléphonie mobile à 0,6 volt par mètre (contre 41 à 61V/m aujourd'hui). 0,6 V/m, le chiffre tant attendu par l'association Robin des toits et tant décrié par les opérateurs de téléphonie mobile sera étudié au même titre que toutes les valeurs "comprises entre 41 et 61V/m et une valeur basse de 0,1", comme le précise l'appel lancé vendredi 18 septembre par le comité opérationnel chargé de l'expérimentation. Ce comité rassemble les représentants de l'Etat, des élus, des associations et, des opérateurs sous la présidence du député socialiste François Brottes. La société civile dont la méfiance envers les ondes des antennes et des portables ne se dément pas, aura eu raison de la réticence des industriels, contraints de se plier à l'exercice.

Avant même son annonce officielle, plus d'une centaine de villes et villages se sont portés candidats à l'expérimentation. Mais "entre 10 et 20" seulement figureront parmi les heureux élus. Urbaines, pavillonnaires, semi-rurales ou rurales, ces zones - car l'expérimentation ne concernera pas des communes à part entière mais des "alvéoles" de diffusion des ondes - devront être "représentatives des situations existantes", souligne M. Brottes. La liste sera fixée fin novembre.

L'initiative est attendue avec impatience dans de nombreuses communes de gauche, de droite ou du centre, soucieuses de retrouver une certaine sérénité après des mois, voire des années de guéguerres locales.
A Tourcoing, l'idée du maire socialiste, Michel-François Delannoy, est de retrouver une certaine autorité dans un domaine où la décision municipale est contestée. L'arrêté municipal, voté à l'unanimité, fixant un moratoire d'un an dans l'installation de nouvelles antennes-relais, a en effet été retoqué par le préfet.
Comme son confrère du Nord, le maire (sans étiquette) de Grambois (Vaucluse), dont le petit territoire de 1 155 habitants est situé "sur le parc naturel du Lubéron", est en butte à des citoyens mécontents. Depuis, il cherche un arrangement honorable avec les opérateurs. Son objectif à lui est de signer un armistice acceptable par toutes les parties.

Commune emblématique s'il en est, Courbevoie, qui abrite une brassée de sièges sociaux dont celui de SFR, est aussi candidate. Son maire UMP, Jacques Kossosvski, est déterminé à faire prévaloir l'argument de santé publique sur toutes les autres considérations. Et depuis 2007, toutes ses décisions - dont le retrait du Wi-Fi dans les écoles ou l'interdiction d'installer une antenne Bouygues qui lui a valu une condamnation - vont dans ce sens. "A 0,6 V/M, il n'y a aucun danger. Au-dessus, on ne sait pas", plaide son adjoint aux nouvelles technologies, Michel Chambers. Les opérateurs contestent ? "Nous considérons que c'est un problème technique" qui leur échoit, conclut-il. Autrement dit, à chacun son métier.
Brigitte Perucca     

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans REVUES DE PRESSE

Pour Adherer