Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 22:34


  Publié le 18/09/2009 08:42 - Modifié le 18/09/2009 à 15:24 | Gil Bousquet

Santé. Le Grenelle pourrait donner raison aux scientifiques qui demandent une interdiction.

Ado
Ado
DDM

Un nouveau cartable, une nouvelle trousse… et un nouveau téléphone portable ? Plus que jamais, les écoliers et collégiens accros aux textos réclament à leurs parents un mobile et la tentation est grande pour ces derniers d'offrir le téléphone dernier cri si pratique pour garder le contact avec leur progéniture. 20 % des écoliers et 73 % des collégiens posséderaient un mobile. Mais cette facilité ne présente-t-elle pas des risques pour la santé de ces enfants ?

De nombreuses associations et des scientifiques au premier rang desquels le médecin et chercheur David Servan-Schreiber, réclament des pouvoirs publics la prise en compte d'un principe de précaution qui passerait par l'interdiction du portable pour les enfants.

L'association PRIARTéM, qui s'est notamment opposée à la commercialisation de mobiles spécifiquement destinés aux enfants de moins de 8 ans, a compulsé plusieurs études édifiantes. « Une équipe de chercheurs américains et danois indique que les enfants exposés aux champs électromagnétiques de la téléphonie mobile in utero ou pendant leur enfance ont 80 % plus de risques de souffrir de problèmes comportementaux et d'hyperactivité », explique l'association, qui souligne également que « des chercheurs de l'Université de Porto Alegre ont montré que le cerveau d'un enfant absorbe 60 % de plus de rayonnement que celui d'un adulte. »

Pour l'heure, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) recommande depuis 2005 une meilleure information des parents sur les risques d'exposition. L'Association française des opérateurs mobiles (Afom) a ainsi édité des fiches explicatives. L'agence demande aussi aux professionnels du secteur de renoncer aux mobiles pour enfant et de ne pas cibler les enfants dans leurs publicités.

Aujourd'hui, les pouvoirs publics vont aller plus loin. Dans le cadre du Grenelle 2, actuellement en cours d'examen au Parlement, la commission des Affaires économiques du Sénat a proposé début juillet une interdiction du portable aux élèves de moins de 14 ans. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, au sortir du Grenelle des Ondes s'était déjà prononcée pour une interdiction à l'école primaire.

En attendant que soit officiellement décidée une interdiction, plusieurs chefs d'établissements, excédés notamment par les sonneries intempestives des appareils en cours, ont décidé de bannir le portable.


Zoom

Servan-Schreiber pour interdire

Le 15 juin 2008, un groupe de 20 experts internationaux rassemblés par le chercheur David Servan-Schreiber, auteur du best-seller « Anticancer », alertait l'opinion à propos de l'utilisation des téléphones portables. L'appel insistait sur le fait que les champs électromagnétiques émis par les téléphones portables doivent être pris en compte en matière de santé. Et cela avant même les résultats, imminents, de l'étude internationale Interphone, d'ores et déjà controversés. « Interphone ne pourra pas trancher la question qui lui a été posée parce qu'elle manque de recul », déclarait hier au Point le docteur Servan-Schreiber. « Les enfants sont en première ligne. Des chercheurs suédois ont montré qu'utiliser un téléphone portable avant 20 ans pourrait augmenter d'un facteur cinq le risque de cancer. Il faut proscrire l'usage du portable au-dessous de 12 ans et le déconseiller avant 15 », poursuit le chercheur. Un vrai défi au vu de l'explosion des usages : selon le baromètre TNS-Sofres-Afom 73 % des 12-14 ans et 94 % des 15-17 ans possèdent un mobile qui sert tout à la fois à téléphoner, filmer, photographier et surfer sur internet. La génération mobile ne semble pas prête à déconnecter…


Deux principaux de collèges témoignent

« Les élèves filmaient les cours et les diffusaient sur internet »

Dans plusieurs collèges de l'agglomération toulousaine, plusieurs chefs d'établissement n'ont pas attendu ce débat sur les téléphones portables pour en interdire l'utilisation. « Chez nous, à l'intérieur des bâtiments, l'utilisation est tout simplement interdite. Que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur, dès que l'élève passe la grille d'entrée, je ne veux plus voir un seul téléphone mobile ! » explique un principal d'un collège du centre ville de Toulouse. Cette interdiction d'utilisation qui est permise par la loi a même été stipulée dans le règlement intérieur du collège. Pourquoi bannir l'utilisation des mobiles ? « Parce que ça devenait invivable. Au moins deux élèves sur trois possèdent un portable dans cet établissement, les sonneries commençaient à perturber les cours » raconte le principal. Plus grave, les élèves se filmaient entre eux et même les professeurs pendant leurs cours et postaient le tout sur leurs blogs. « Compte tenu des problèmes de droit à l'image, j'ai préféré prendre cette mesure » raconte-t-il. Sans même aborder les questions de santé, le principal veut que les enfants « communiquent normalement entre eux, en se parlant, sans s'envoyer des SMS alors qu'ils sont à deux mètres l'un de l'autre ». Sur un peu plus de 300 élèves, seules une dizaine d'infractions a été constatée depuis la rentrée. Ce collège toulousain est même allé plus loin puisqu'il a aussi interdit l'utilisation de tous les lecteurs de musique MP3.

À gratentour, les profs sont aussi interdits de portables !

Dans la banlieue de Toulouse, Norbert Codina, principal du collège Claude-Cornac interdit aux élèves « et » à tout le personnel de téléphoner dans l'établissement. « Ce qui est valable pour les uns l'est aussi pour les autres » déclare-t-il. Petite exception : la salle des profs. « S'il un élève est pris avec un portable, je le confisque et je le rends aux parents. S'ils veulent vraiment téléphoner il y a un point phone à disposition dans le collège » rappelle Norbert Codina. Aucun parent n'est venu se plaindre contre ce règlement qui figure dans le règlement intérieur. « Je vais même faire signer ce dernier par les parents pour leur rappeler les règles du bien vivre ensemble » prévient le principal.



Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans PRESSE REGIONALE

Pour Adherer