Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 14:23
leParisien.fr   DANIEL ROSENWEG | 05.03.2010, 07h00

Chaque année, les opérateurs empochent plus d’un milliard d’euros en facturant au prix fort les appels depuis un fixe vers un mobile. Une pétition sur Internet réclame une baisse des tarifs.



Le chiffre est considérable. 1,2 milliard d’euros par an ! C’est, selon l’association Consolib.fr, ce que coûtent aux consommateurs les pratiques commerciales des opérateurs télécoms qui facturent à un coût exorbitant les appels à partir des téléphones fixes ou des boîtiers ADSL vers les téléphones mobiles d’un autre réseau.


Alors que le prix de gros des appels est réglementé, les Orange, , et Free usent et abusent de la liberté qui leur est laissée de facturer au détail la minute de communication pour encaisser le maximum de recettes.
Le principe est simple : pour passer un coup de fil depuis un fixe ou un boîtier ADSL vers un portable, l’Autorité de régulation des communications (Arcep) impose aux opérateurs une sorte de péage, appelé dans le jargon des télécoms la « terminaison d’appel » (TA). Exemple, vous êtes un abonné Freebox et votre correspondant est chez Orange : Free doit régler à Orange une « TA » de cinq centimes la minute mais il facture à son client 22 centimes la minute. Bénéfice de l’opération : 17 centimes la minute auxquels il faut soustraire 1 à 2 centimes de frais selon les estimations de l’Arcep. Au , chaque coup de fil rapporte donc une petite fortune à Free.
Et tous les opérateurs ont recours au même procédé pour se remplir les poches. Ainsi, toujours pour un « prix de gros » de 5 centimes la minute, Bouygues facture à ses clients 21 centimes, Orange et sa Livebox 20 centimes, et SFR le plus cher 23 centimes. « Depuis 2005, souligne Bastien Le Coz, cofondateur de Consolib.fr, l’Arcep a baissé six fois les tarifs des terminaisons d’appels. Les opérateurs, eux, n’ont pas changé leurs prix. Ces surcoûts s’élèvent à 1,2 milliard d’euros. ».
Pour Edouard Barreiro, chargé de mission à l’UFC-Que choisir, « c’est une rente sur le dos des consommateurs ». L’association qui a déjà dénoncé ces abus en 2007 n’est pourtant jamais arrivée à faire baisser les prix. « Le problème, c’est que l’Arcep n’a pas les moyens d’imposer une baisse. Les prix sont libres. » C’est justement pour « faire pression » que Consolib.fr a mis en ligne une pétition qui, en deux semaines, a convaincu un millier d’internautes.
Bien sûr, les opérateurs protestent. Orange assure avoir baissé ses tarifs « de 56 % depuis 2004 ». Il n’est pourtant pas meilleur marché que ses concurrents aujourd’hui. « Il faut prendre en considération qu’en France nous avons les offres triple play (NDLR : Internet, téléphone, TV) les moins chères d’Europe… » explique-t-on du côté de chez Bouygues. En clair, ce qu’on ne paie pas ici, on le paie donc ailleurs… Reste que les opérateurs ont encore quelques beaux jours devant eux puisque l’Arcep a encore prévu de faire passer le montant de la TA de 5 centimes aujourd’hui à 1,5 centime d’ici à quatre ans. « C’est seulement à ce moment que les opérateurs pourront proposer des offres avec appels illimités vers les mobiles », prédit Edouard Barreiro. D’ici là, le consommateur n’a plus qu’à faire jouer la concurrence.

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans TARIFS communications

Pour Adherer