Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 22:26

mercredi 3 novembre 2010

Téléphon...hic !

 On assiste sur la commune à une nouvelle vague de demande d'installation d'antennes par les opérateurs de téléphonie mobile ... et à faible distance des habitations ! Ce nouveau déploiement se justifie selon les opérateurs pour l'amélioration de la couverture et pour le passage à la 3G, une technologie permettant des débits bien plus rapides qu'avec la génération précédente, le GSM ou 2G).

Nous ne poserons pas ici la question de l'utilité d'augmenter toujours plus les besoins en bande passante, pour regarder par exemple en marchant sur son Ipod un match de foot en direct ! C'est en tout cas un marché très porteur pour les vendeurs de forfait !
Nous nous intéresserons ici aux impacts sur la santé dus aux rayonnements électromagnétiques et aux moyens dont disposent les collectivités pour réguler les demandes venant d'opérateurs.
Quels risques pour la santé ?
Il est très difficile d'avoir une idée claire des risques dus aux champs électromagnétiques émis par les antennes et les portables. Si l'Académie de médecine et l'AFFSE, dont certains experts étaient juges et parties, parlent d'absence de risque démontré, des chercheurs reconnus nous mettent en garde : 
Au niveau règlementaire, la France respecte les recommandations de l'Union Européenne   et de l'OMS, basées uniquement sur le risque thermique (échauffement profond) : le seuil légal d'exposition aux champs magnétiques des antennes-relais varie suivant la bande de fréquence des antennes, de 41 V/m pour la téléphonie mobile à900 MHz à 61 V/m pour la téléphonie mobile 3G (UMTS).  
 Les associations environnementales dénoncent ces limites qu'elles estiment trop laxistes et demandent que ce seuil soit abaissé à 0,6 V/m, selon le principe de précaution et s'appuient sur le fait que certains pays ont des seuils d'exposition inférieur  :
  • Comté de Salzbourg en Autriche, 0,6 V/m
  • Luxembourg, 3 V/m.
  • Suisse, 4 V/m dans certains cas mais la plupart du temps, comme en France.
  • Pologne, Italie, Chine, Russie, 6 V/m.
À Paris, d'après une charte signée avec les opérateurs en 2003 la limite est fixée à 2 V/m, mais en moyenne sur 24h.
 
 
Quel est le rôle de la municipalité ?
Pour toute nouvelle installation, les opérateurs de téléphonie mobile doivent déposer une déclaration préalable de travaux, qui est examinée par le service de l'urbanisme qui étudie sa conformité avec le Plan Local d'Urbanisme.
La municipalité peut se référer également au "Guide des bonnes pratiques"( http://www.amf.asso.fr/basedocumentaire/upload/ftp/TELEPHONIE_MOBILE_GUIDE_DES_BONNES_PRATIQUES_ENTRE_632.pdf ), élaboré par l'Association des Maires de France et l'UFIOM (qui rassemble les quatre opérateurs Orange, SFR, Bouygues, Free), pour demander des mesures de champ avant et après installation une estimation du champ avant installation, près de sites sensibles tels les écoles.
Mais de fait une municipalité peut difficilement s'opposer à une installation d'antenne, sauf en cas de forte mobilisation des habitants, car le principe de précaution peut difficilement être utilisé d'un point de vue juridique. 

Carte des antennes relais sur St-Orens (Site de l'ANFR : www.cartoradio.fr )
A St-Orens, les élus Verts-Europe Ecologie défendent le principe d'une concertation préalable avec les riverains concernés par l'installation d'une nouvelle antenne. Ils demandent également que systématiquement les opérateurs fournissent une estimation du champ magnétique produit.
Les opérateurs, tous très unis dès qu'on parle de réduire les seuils d'émission ou des risques pour la santé, nous opposent que les simulations ne sont pas fiables ... et qu'il fourniront une mesure de champ après l' installation de la nouvelle antenne. S'il est vrai qu'à partir des diagrammes d'antennes on peut déterminer très facilement  le champ magnétique produit pour un terrain plat, cela se complique avec la présence d'immeubles pouvant réfléchir les ondes ou en cas de variations de reliefs importantes. Mais des logiciels commerciaux pour résoudre ce type de cas existent - nous pouvons fournir les coordonnées d'une société spécialisée dans ce domaine aux opérateurs qui n'en auraient pas connaissance !
Nous avons donc proposé aux opérateurs réticents à faire ces calculs de nous fournir les caractéristiques techniques des antennes, là aussi sans succès et avec des réponses types.
Lors d'une réunion avec les riverains d'un pylône de la ligne THT près de la route de Revel où SFR voulait implanter une antenne (après avoir voulu dans un premier temps l'installer sur le pylône THT au plus près de l'école du Corail !), ajoutant au champ électrique de la ligne 325 000 V les nuisances du champ magnétique de l'antenne, le représentant de SFR a ainsi refusé de fournir la moindre information sur le champ magnétique produit. Une attitude qui n'est pas faite pour rassurer les habitants !
Pourtant d'après les relevés de champs fait sur Toulouse on observe des valeurs variant entre 0,6 et 2 V/m, qui ne sont pas si loin des demandes des associations environnementales. Si on discute en privé avec des techniciens travaillant avec la téléphonie mobile (nous ne citerons aucun nom, pour leur éviter d'éventuels ennuis), il s'avère que si les valeurs dépassent ces valeurs des solutions correctives sont recherchées.
C'est d'ailleurs un des axes de travail du Grenelle des ondes lancé mi-2009  : " Une diminution de l’exposition aux radiofréquences émises par les antennes relais de téléphonie mobile sera modélisée, puis expérimentée le cas échéant en grandeur réelle, sur la base des modélisations, dans plusieurs villes pilotes volontaires afin d’évaluer les impacts sur la qualité du service, la couverture réseau, et le nombre d’antennes." La candidature de St-Orens n'a pas malheureusement été retenue.
Nous agissons pour que des sites de préférence éloignés des habitations soient sélectionnés, et là aussi il ne faut pas toujours écouter les opérateurs qui ont trouvé LE site idéal et le seul qui conviendrait, car ils ont une marge de manœuvre souvent de quelques centaines de mètres quant au positionnement pour couvrir les fameuses zones blanches.
Nous agissons également pour favoriser le regroupement des antennes afin d'éviter le mitage du paysage. Mais là aussi difficile de maîtriser les opérateurs, pour qu'ils se regroupent et financent un seul pylône pour leurs antennes. Si Orange demande une implantation d'antenne près de l'Orée du Bois, Bouygues en demande une à Labège, juste à côté. Pourtant nous les avions fait se rencontrer avec SFR pour qu'ils se coordonnent sur ce projet ! Par chance l'information a circulé entre nos deux communes, mais nous ne sommes pas encore au bout de nos peines faces à des opérateurs, pour qui seul le business et les aspects financiers comptent.

Plus d'infos sur les rayonnements électromagnétiques , un organisme indépendant le CRIIREM : http://www.criirem.org
Une autre association spécialisée Priartem : http://www.priartem.fr
Vous pouvez également contacter l'association Collectif Antennes 31 dont l'objectif est de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans POSITION ASSOCIATIONS

Pour Adherer