Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 10:14

   Publié le 18/11/2009 09:43 | S.Polycarpe

Société. Les habitants de la rue des Cheminots ont découvert qu'un relais de téléphonie mobile devrait s'implanter très prochainement sur le quartier.

Les habitants du quartier Fémouras sont furieux depuis qu'un beau matin, il y a une dizaine de jours, alors qu'elle se promenait, Claudette découvre par hasard un panneau de demande de permis de construire flambant neuf, daté du 25 septembre 2009, pour l'installation d'une antenne Bougues Télécom de 33 mètres de haut, sur le terrain de l'imprimerie Polito. Si aucune objection n'est faite d'ici le 25 de ce mois, la délivrance d'autorisation sera effective. Le sang de Claudette ne fait qu'un tour. Elle en avise immédiatement les habitants du quartier qui, tour à tour, viennent contempler l'objet de leur colère.

« Je ne comprends pas comment la mairie a pu donner son accord alors que la puissance de l'émetteur n'est même pas indiquée sur la demande de permis de construire », tempête Marie.

De son côté, le propriétaire du terrain qui recevrait cette plateforme ne pensait pas mettre ainsi en émoi tout un quartier. « Lorsque Bouygues m'a contacté pour louer un emplacement afin d'y installer une antenne relais, précise Michel Polito, je leur ai demandé qu'ils me fournissent tous les papiers attestant la non-nocivité des ondes. Je les ai fait étudier par mon avocat et mon notaire qui m'ont dit qu'il n'y avait de problème ».

Toujours est-il que les riverains de la rue des Cheminots ont pris le taureau par les cornes et ont constitué un collectif. Ils ont contacté « les Robins des Toits » pour s'informer des démarches nécessaires pour arrêter le projet. Une pétition qui a circulé dans le quartier, et obtenu près de 100 signatures, a été déposée à la mairie en guise de recours.

De son côté, la mairie semble surprise de la tournure que prend cette affaire. Elle a reçu un dossier de demande d'implantation d'antennes en bonne et due forme de la part de Bouygues Télécom avec la certification, charte à l'appui, que : « le champ radioélectrique maximum produit par la station serait inférieur à la valeur référence du décret n° 2002.775 du 3 mai 2002 ». Sauf que le terrain de l'imprimerie Polito fait partie de la zone industrielle. Et en ce lieu, le seuil maximal légal de 3V/m pour la téléphonie mobile ne rentre pas en ligne de compte. Le décret stipule également qu'aucun établissement particulier de notoriété public, tel un collège par exemple ne doit être situé dans un rayon de 100 m de l'antenne. Ce sur ce sujet, David est plus réservé : « Le collège Bayle est situé à environ deux cents mètres à vol d'oiseau, or les rayons électromagnétiques se diffusent jusqu'à six cents mètres. Sans compter les salles de sport et les entreprises à risques qu'il y a tout près ».

Bref ,c'est la psychose du côté de la rue des Cheminots. « Nous avons regardé sur internet un rapport descriptif du syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques, poursuit Marie. Il est bien dit que le risque est réel, notamment chez les enfants ». Il est vrai que la lecture de ce rapport, rejeté par certains scientifiques, fait froid dans le dos.

En fait, c'est peut-être la nébulosité qui règne autour de l'implantation de cette antenne qui attise le plus les peurs des riverains qui à l'unisson pensent : « On nous cache quelque chose ».

Affaire à suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans PRESSE REGIONALE

Pour Adherer