Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 18:32
   
                  Jeudi 29 Octobre 2009
Un physicien de l'association Priartem, Daniel Oberhausen, est venu hier pour estimer les nuisances avec son polluomètre. (Photo Jean-Christophe Sounalet)

Un physicien de l'association Priartem, Daniel Oberhausen, est venu hier pour estimer les nuisances avec son polluomètre. (Photo Jean-Christophe Sounalet)

Le sujet, sensible, soulève interrogations et inquiétudes. Les habitants d'un quartier de la périphérie de Périgueux, Gay-Lussac, partent en guerre contre une antenne-relais de téléphonie mobile, implantée juste derrière des immeubles HLM. Ils entreprennent une action pour la faire déplacer.

« Ça dure depuis quatre ans. On a vu monter l'antenne, mais on ne nous a jamais donné d'explication. On ignore toujours qui est l'opérateur. On a envoyé des pétitions à la municipalité précédente, on s'est adressé à la préfecture, mais on n'a pas eu de réponse. On se sentait isolés, on ne savait pas quoi faire », rappelle Lionel Juste, président de l'amicale des locataires.

Le déclic est venu au moment du repas de quartier d'Immeubles en fête, au printemps dernier. Les habitants ont rencontré Olivier Desmesure, conseiller municipal et membre de Périgord Écologie. Les deux associations décident d'unir leurs efforts.

Des troubles du sommeil

Hier après-midi, Daniel Oberhausen, physicien de l'association Priartem (Pour une réglementation des implantations des antennes-relais de téléphonie mobile), s'est rendu sur place. Muni d'un polluomètre, un appareil qui estime l'exposition aux ondes electromagnétiques, il a fait le point de la situation sur le terrain.

« Il y a bien des nuisances », a-t-il constaté. L'appareil a révélé qu'elles étaient plus fortes dans un appartement au cinquième étage, juste en face de l'antenne que dans la cour des immeubles.

« C'est une pollution invisible. » Pour les habitants, cela se traduit par des troubles divers. « Je n'arrive pas à m'endormir. Mais quand je quitte ma chambre, qui est en face de l'antenne, pour aller m'allonger sur le canapé du séjour, de l'autre côté, ça va mieux », poursuit Lionel Juste.

« Mon épouse souffre de migraines. Ma fille a vu ses allergies augmenter ». Il cite aussi le cas d'une voisine qui se réveille toutes les nuits en proie à des maux de tête ou d'un bébé qui pleure beaucoup.

Retirer l'antenne

Une réunion d'information était organisée hier soir. Elle avait pour objectif de mettre en lumière les risques pour la santé que font courir de telles installations : « Des tribunaux donnent désormais raison aux comités de locataires pour faire retirer des antennes, voire annuler l'implantation de celles-ci », ont souligné les animateurs.

L'association des locataires de Gay-Lussac va demander à la Ville de faire réaliser une expertise par un organisme agréé. Puis un contact sera pris avec l'opérateur pour lui demander de retirer l'antenne.

Auteur : Chantal Gibert

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans PRESSE REGIONALE

Pour Adherer