Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 19:51

   Le dimanche 22 mai 2011 à 06h00     par Isabelle Goupil | Mis à jour à 10h56

 Le Dr Le Ruz a expliqué scientifiquement, mais pédagogiquement, les dangers pour la santé d\'une exposition continue aux hyperfréquences, d\'autant plus quand les valeurs d\'exposition sont, comme à Villeneuve, supérieures aux seuils admis.

Le Dr Le Ruz a expliqué scientifiquement, mais pédagogiquement, les dangers pour la santé d'une exposition continue aux hyperfréquences, d'autant plus quand les valeurs d'exposition sont, comme à Villeneuve, supérieures aux seuils admis.  © Photos F. V.

Depuis trois ans, l'association villeneuvoise Un mât pour les ondes - forte de 290 adhérents - se bat pour que soient déplacées les antennes relais installées sur le château d'eau, en plein coeur du village. Aujourd'hui, outre quatre enfants du groupe scolaire Alfred-Sauvy gravement malades, il y a urgence : la communauté d'agglomération, compétente, a jusqu'au 11 juin pour dénoncer deux des trois contrats qui la lie aux opérateurs de téléphonie mobile Bouygues et SFR. Mais l'association se heurte, selon sa présidente Maryse Batlle, à "une partie de ping-pong" entre le président de PMCA, Jean-Paul Alduy, et la député-maire et vice-présidente de l'Agglo, Jacqueline Irles, qui s'est brièvement entretenue hier matin avec le Dr Pierre Le Ruz, mais qui n'a pas assisté à l'instructive conférence de ce dernier devant une centaine de personnes avides d'information.

Le Dr Le Ruz, neuro-physicien, président du Criirem (1), expert européen en nuisances électromagnétiques et en radioprotection, a détaillé les diverses études scientifiques en la matière, expliqué la réglementation applicable et les effets sur la santé des ondes électromagnétiques émises par les antennes relais.

L'information que vous délivrez est-elle celle d'un scientifique ou d'un militant ?

C'est celle d'un scientifique. Au Criirem, nous dénonçons les installations d'antennes relais dangereuses pour la santé des habitants et parfois illégales. Et ici à Villeneuve-de-la-Raho, il y a plein de choses illégales. Notre rôle est de faire respecter la réglementation.

En quoi les installations sur le château d'eau de Villeneuve sont-elles illégales ?

La puissance des antennes, tout d'abord, dont cinq d'entre elles émettent en direction de l'école. Même à 50 mètres du château d'eau, les émissions sont supérieures à 3 volts/mètres, qui est la limite autorisée par la directive européenne 2004/108 et la norme française 61000. Les normes de compatibilité électromagnétique ne sont donc pas respectées. C'est pourquoi l'Afsset (2) a décrété la commune comme 'lieu atypique'. Son site supportant les antennes devrait être éradiqué. Ensuite, deux antennes surplombent une propriété privée, ce qui est interdit. Le périmètre de sécurité est délabré, les pictogrammes de sécurité obligatoires sur le château d'eau sont absents, ce qui là encore est illégal. Enfin, les équipements des antennes relais sont à l'intérieur du château d'eau, ce qu'interdit pourtant la circulaire du 6 janvier 1998 de la Direction générale de la santé. Car on sait que les ondes électromagnétiques modifient le spectre de l'eau. Bref, il y a ici un non-respect de la loi dont pourrait être saisi le procureur de la République.

Est-il aujourd'hui scientifiquement prouvé que les ondes électromagnétiques sont néfastes pour la santé ?

Les premiers soucis, et donc les premières études, ont commencé en 1978 à l'ambassade américaine à Moscou où l'on constatait un taux anormal de leucémies chez le personnel et leurs enfants. Les murs étaient truffés d'appareils d'écoute ! Les personnels étaient exposés en permanence à des ondes de 9 à 19 v/m ! Mais c'étaient des ondes pulsées. Depuis 1998, on a identifié les troubles neurologiques et endocrino-immunitaires liés aux hyperfréquences. En 2009, la cour d'appel de Paris a admis que les effets sur la santé des antennes relais étaient reconnus par la majorité de la communauté scientifique. Excepté bien sûr, les scientifiques pris dans des conflits d'intérêts...

Pourquoi les politiques sont-ils réticents à prendre en compte ces problèmes ?

A cause du lobbying des opérateurs, qui s'exerce notamment à la commission européenne, mais aussi auprès des maires. Cependant, la pression des associations fait de plus en plus peur aux opérateurs. Dans votre département par exemple, le maire de Porta refuse toute installation d'antennes relais sur des bâtiments publics. C'est une volonté politique. Le maire de Villeneuve n'a pas envie de bouger, mais attention ! Les installations sur le château d'eau sont illégales et s'il y a un accident, je ne voudrais pas être à la place des responsables. Il n'y aura pas de cadeau des assurances et il y aura des retombées judiciaires.

Source : http://www.lindependant.fr/2011/05/22/antennes-relais-villeneuve-consideree-comme-atypique,21071.php

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans PRESSE REGIONALE

Pour Adherer