Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 12:41

LA-D-p-che-copie-1.png   Publié le 14/06/2010 08:47 | B. dv.

 

tdfbonhoure.jpg

Le pylône, implanté depuis 1986, héberge les émetteurs de onze radios FM et huit télévisions./Photo DDM, Thierry Bordas.

Implanté depuis 1986 sur la colline de Bonhoure, l'émetteur que l'agence nationale des fréquences (ANFR) qualifiait en 2005 de « cas extrême d'émission de radiodiffusion en milieu urbain », vit ses derniers mois. Dans un courrier en date du 11 mai dernier, le directeur de TDF informe en effet le maire de Toulouse qu'il n'a pas l'intention de se pourvoir en cassation à la suite de l'arrêt du 4 mars 2010 de la chambre d'appel du tribunal administratif de Bordeaux qui autorise la ville à ne pas renouveler le contrat d'occupation de la colline par Télédiffusion de France. « Il y a eu une décision de justice, elle sera appliquée », confirme Éric Famy directeur de TDF pour le sud ouest. En renonçant à la possibilité de ce dernier recours TDF accepte de fait de quitter les lieux au grand soulagement des associations de riverains qui militent depuis une vingtaine d'années pour obtenir le démantèlement des « antennes installées à quelques mètres des habitations » et dont « le public peut s'approcher à quelques mètres », décrites en 2005 dans « le panorama du rayonnement électromagnétique en France » établi par l'ANFR.

Dans le courant de l'été, le maire de Toulouse et la direction de TDF engageront des discussions pour établir le calendrier de retrait des installations, et surtout définir les modalités techniques de leur redéploiement dans l'agglomération, « afin que nous continuions à rendre le meilleur service possible aux usagers », poursuit Éric Famy.

Car après le refus de la commune de Castelmaurou d'héberger les équipements de Bonhoure, comme le suggérait le cabinet IDEA qui avait été mandaté par le Capitole pour trouver une solution alternative au très controversé pylône, l'hypothèse d'un redéploiement des antennes sur plusieurs sites répartis dans la ville est désormais la plus probable.

Décision finale pour le CSA

Le démantèlement de l'ensemble du site de Bonhoure devrait toutefois nécessiter du temps. Car outre les émetteurs des onze radios FM et des huit télévisions implantées sur le pylône, le quartier devra également se délester d'au moins une partie de la dizaine d'émetteurs radio implantés rue d'Assalit et sur le château d'eau de Moscou. Et quelles que soient les solutions retenues, le patron régional de TDF est formel : « en dernier recours, la décision finale ne reviendra ni au maire de Toulouse, ni à TDF mais au conseil supérieur de l'audiovisuel. »


Téléphonie mobile : des contrôles

154 antennes de téléphonie mobile ont été contrôlées depuis 2001 à Toulouse. Lors de ces contrôles 40 % de ces antennes émettaient moins de 0,3Volt par mètre (V/m). 21 % avaient un niveau d'émission comprise entre 0,3 et 0,6V/m, 19 % se situaient entre 0,6 et 1 V/m. Seules 10 antennes (6 %) émettaient au-dessus de 2V/m. À la demande des riverains, une vingtaine de mesures complémentaires financées par les opérateurs sont actuellement en cours sur des sites potentiellement sensibles. Sur la base de ces résultats, une charte de bonne conduite sera validée à la mi-juillet par le maire de Toulouse avant d'être transmise aux trois opérateurs Bouygues, Orange et SFR.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/06/14/854380-TDF-renonce-au-pylone-de-Bonhoure.html

Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:28

accueil midilibre.com

Antenne relais de téléphone : La finance passe avant la santé

Photo Philippe Rouah

La coordination "Antenne 66" et le "collectif de Saint-Cyprien Latour-bas-Elne" ont rencontré mardi la municipalité et les trois opérateurs de téléphonie mobile en France pour leur demander le déplacement des antennes du château d'eau. SAINT-CYPRIEN

C'est inédit dans les P.-O. Pour la première fois étaient réunis autour d'une même table des associations "anti antennes relais", les opérateurs de téléphonie mobile et le maire d'une commune. De quoi satisfaire, sur le principe, Anne-Laure Mager, la présidente de la coordination Antenne 66. Mais, selon elle, beaucoup de travail reste encore à accomplir pour faire bouger les mentalités et pousser les opérateurs vers du bon sens en terme de santé publique.
Quel bilan tirez-vous de cette rencontre ?
Le sentiment est mitigé. Pour commencer, je dois saluer la volonté de Thierry del Poso. C'est la première fois que nous sommes confrontés aux opérateurs et à un maire en même temps. À Perpignan, par exemple, nous sommes toujours écartés des réunions. Ensuite, il faut reconnaître

également que les opérateurs sont moins agressifs et méprisants à l'égard des associations. On sent bien que le Grenelle des ondes est passé par là. C'est déjà ça. Sinon, chaque partie a pu exposer ses thèses, c'est-à-dire, s'il y a risque ou pas risque des antennes relais sur la santé. Et pour résumé, je dirai que le maire nous a proposé de lui transmettre des solutions pour le déplacement des antennes du château d'eau. Sauf que nous ne possédons aucun élément technique pour réaliser un tel projet. Et que les baux courent jusqu'en 2020.

Est-ce donc un coup d'épée dans l'eau, selon vous ?
Disons que les opérateurs reconnaissent des choses qu'ils ne reconnaissaient pas avant. Par exemple, que l'intensité des portables peut descendre à 0,6 volt / mètre contre 41 volts / mètre aujourd'hui. Ce qui signifie que les risques sur la santé diminuent d'autant. Mais il faut baisser la puissance des antennes et en installer des supplémentaires pour passer à ce seuil de 0,6 volt qui garantit l'innocuité sanitaire. Or, les opérateurs attendent qu'on les oblige pour s'adapter. Vu le boom économique qu'ils connaissent, c'est un scandale. On voit bien que la finance passe avant la santé. Seize villes test vont d'ailleurs expérimenter ce nouveau seuil grâce à l'action des robins des toits. Mais d'autres villes, par arrêté municipal peuvent les forcer.

C'est ce que vous attendez du maire de Saint-Cyprien ?
Ce qu'on attend, ce sont des actes. Nous allons faire un courrier au maire avec différentes propositions pour limiter les effets des champs magnétiques, également sur l'eau. Nous allons aussi organiser une réunion publique. Et ensuite, nous essaierons de discuter avec le maire sur des solutions alternatives à envisager. Mais avant tout, il nous faut des informations techniques comme le nombre d'antennes et leur puissance pour faire des propositions. Voilà ce dont on a besoin dans un premier temps.

 

Recueilli par Martial Mehr

Source :  http://www.midilibre.com/articles/2010/06/03/VILLAGES-Antenne-relais-de-telephone-La-finance-passe-avant-la-sante-1254307.php5

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 20:38

logo20minutes-copie-1.jpg   Créé le 31.05.10 à 07h06 -- Mis à jour le 31.05.10 à 07h06

La « tour Eiffel » des hauteurs de Jolimont vit ses dernières semaines d'émission.

La « tour Eiffel » des hauteurs de Jolimont vit ses dernières semaines d'émission.  A. Gelebart / 20 Minutes

Ses jours sont comptés. Le pylône de Bonhoure et ses vingt-quatre émetteurs de téléphonie, radios et TV, seront bel et bien démontés. « Même si nous avions deux mois pour faire appel, nous ne l'avons pas fait. Nous sommes donc voués à quitter les lieux », confirme un porte-parole de la direction nationale de TDF (Télédiffusion de France), en faisant référence au jugement de la chambre administrative d'appel de Bordeaux.

Pas de point de chute pour l'instant
Fin mars dernier, cette juridiction avait en effet autorisé la ville de Toulouse, propriétaire du site de Bonhoure, à ne pas renouveler le contrat d'occupation qui la liait à l'opérateur TDF. Du côté du Capitole, on se refuse à tout commentaire en attendant la confirmation de ce renoncement. En revanche, chez les associations environnementales, qui ont fait de ce pylône le symbole toulousain de lutte contre les antennes-relais, on savoure. « Je suis vraiment ravie. Surtout que par le passé, TDF nous a fait condamner en justice à lui verser 1 800 € parce que nous soutenions que ce site était dangereux pour la santé des riverains. C'est une belle revanche », jubile Rose Frayssinet, coprésidente des Amis de la Terre de Midi-Pyrénées. Chez les riverains du pylône de Bonhoure, personne n'a encore prévu de sabrer le champagne. « J'espère qu'on pourra continuer d'avoir nos programmes TV », s'angoisse un retraité. « Moi, ça m'embête qu'ils la démontent, c'était un peu notre tour Eiffel à nous », pense même une mère de famille. Ce médecin se dit quant à lui atteint d'un « optimisme serein, mesuré mais pas béat » à l'annonce du démontage de la structure. « Déjà, on attend de voir le jour où ils vont l'enlever, et surtout on veut connaître le site où seront transférées les antennes », résume Louis Lahitte, vice-président de l'association de quartier. « On y travaille. Des discussions sont engagées avec la municipalité pour trouver un ou plusieurs sites de remplacement », répond TDF. A suivre, donc.

éric Dourel
Charte

Même si les associations de riverains en sont absentes, la charte sur les antennes-relais devrait être signée avant la fin juin entre les opérateurs de téléphonie mobile et la ville de Toulouse. Selon un spécialiste du dossier à la mairie, ce document permettra « la mise en place d'une concertation permanente autour du développement des antennes-relais » et surtout l'émergence d'un taux moyen d'exposition aux champs électromagnétiques « compris entre 0,4 et 1,2 volt par mètre ».

____________________________________________________________________

(Charte article de 20') article non signé paru le 31.05.2010

Les associations et collectifs réunis au sein du Collectif Antennes 31 souhaitent toujours prendre une part active à la signature de cette charte si tant est qu'ils puissent également jouer un rôle de partenaire actif dans les débats et les propositions, nous attendons que la Municipalité nous communique la dernière version qui serait proposée à la signature.

Notre priorité reste toujours la question de santé publique soulevée par le déploiement de ces antennes relais. 

La notion de taux moyen nous semble relever de la plus grande fantaisie car scientifiquement indéfendable, aussi caricaturale que: « Si vous avez la tête dans le four et les pieds dans le congélateur, votre nombril est dans la moyenne ». Notre association milite depuis le début pour que  les habitants de la Haute Garonne ne soient jamais  exposés à plus de 0,6 V/m en tous lieux de vie. 

Nos mesures nous montrent tous les jours que le téléphone portable fonctionne à des seuils beaucoup plus bas et des solutions techniques existent pour limiter le rayonnement et la puissance des antennes relais. Les habitants, les maires, sont aujourd'hui dans une situation difficile, pris en otage par des opérateurs qui n'ont que des droits et n'auraient aucun devoir.  C'est donc une vraie question de choix et de volonté politique pour la municipalité de Toulouse, qui peut peser dans les négociations. C'est aussi un parti pris industriel pour les opérateurs qui ont les moyens et les talents pour développer des technologies plus respectueuses de la santé.

En refusant d'abaisser suffisamment les seuils actuels, les opérateurs semblent se préparer à de nouvelles technologies (3G, 4G) qui nécessitent plus de puissance pour offrir des services sans rapports avec la téléphonie, seule obligation de services imposée par le gouvernement. Nous sommes pour une téléphonie mobile sans danger pour la santé. En attendant, restons vigilants car le déploiement d'antennes est plus que jamais d'actualité..

 

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 06:07

Alain Paullien, cadre à France Télécom, syndicaliste CGT

Haut débit internet
Alain Paullien a montré vendredi soir combien l'investissement dans le hertzien en Cévennes est inutile et coûteux. *

Lire l'article sur le site de Robin des Toits

Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 19:41

LA-D-p-che-copie-1.png   Publié le 28/05/2010 10:47 | LaDepeche.fr

 L'association Riverains antennes-relais a été dissoute à l'unanimité lelundi 17 mai lors de l'assemblée générale. /Photo DDM.

L'association Riverains antennes-relais a été dissoute à l'unanimité lelundi 17 mai lors de l'assemblée générale. /Photo DDM.

L'association Riverains antennes-relais nous communique :

Le lundi 17 mai s'est tenue l'assemblée générale de l'association Riverains antennes-relais. Au nom de tous les habitants de la Butte, l'association a remercié pour leur aide les adhérents, la municipalité et les sympathisants parmi lesquels 400 personnes, qui en janvier 2008 et en quatre jours ont signé une pétition pour les soutenir. Il a été regretté l'attitude désinvolte de l'opérateur qui laisse des utilisateurs de portables en difficulté alors que le 24 septembre 2008 lors d'une réunion tripartite à la mairie, cet opérateur s'était engagé à ce qu'un camion mobile évite sur Conques toute coupure de réseau entre le moment du démontage des antennes et le jour de la mise en service du nouvel émetteur.

Quatorze mois plus tard et sans doute en remerciement de leur fidélité, ces utilisateurs malchanceux continuent de payer leur abonnement mais attendent toujours l'amélioration indispensable de leurs conditions téléphoniques. Il a été demandé à la mairie de penser à eux en faisant pression. L'objectif des habitants de la Butte ayant été atteint, l'association dont la devise aurait pu être : « Aide toi et le ciel t'aidera, quelle que soit la force de l'adversaire » a sollicité sa dissolution. Accord à l'unanimité.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/28/844338-Conques-sur-Orbiel-Riverains-antennes-relais-dissoute.html

Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 07:28

LA-D-p-che-copie-1.png   Publié le 28/05/2010 07:58 | P.G.

Christophe Herin localise le projet d'installation sur la commune. / Photo DDM, P.G.

Christophe Herin localise le projet d'installation sur la commune. / Photo DDM, P.G.

Le 2 juin, la mairie de Rivières est assignée en référé suspension devant le tribunal administratif de Toulouse par la société SFR. Son seul tort ? S'opposer à l'implantation d'une antenne relais sur un terrain privé situé sur la commune. Plus précisément sur les conditions d'installation de cette antenne relais d'une hauteur de 30 m.

La mairie a pris un arrêté municipal d'opposition à la déclaration préalable des travaux présentée le 21 janvier par SFR. « C'est la seule façon que nous avions de peser sur le projet de SFR, indique Christophe Herin, le jeune maire de Rivières. À l'origine, nous n'étions pas opposés à l'installation d'une antenne relais. Pour preuve, en 2009, nous avons trouvé un lieu d'accueil pour le Wi Max. C'est la façon de procéder de SFR qui est en cause. »

Christophe Herin se souvient de la visite en 2009 d'une personne de SFR. « Elle nous a simplement énoncé le projet d'installer une antenne sur la commune mais sans autres précisions. C'est à la réception de la déclaration préalable de travaux que nous avons pris connaissance de la zone d'implantation ».

Une zone qui se trouve sur la route d'accès à la base de loisirs d'Aiguelèze, au milieu de la plaine. « Nous sommes en pleine phase d'élaboration du plan local d'urbanisme. Nous avons des projets sur ce secteur. La commune a déjà des poteaux de lignes électriques de 225.000 volts, une 2x63.000 volts, une gravière et on veut ajouter une antenne de 30 m sans que l'on puisse dire quoi que ce soit ».

Pour le maire, SFR n'a pas répondu à ses obligations de concertation comme le stipule la convention passée avec les opérateurs de téléphonie et l'association des maires de France.

Pour une petite commune, se retrouver au tribunal est bien plus lourd à porter que pour une grosse entreprise qui parle en milliard , reconnaît Christophe Herin.

Mais sa population semble vouloir le soutenir dans sa démarche du « petit » contre le « géant ».

Un collectif de citoyens s'est organisé pour soutenir la position de la commune. « C'est la forme que nous dénonçons, déclarent Patrick Patinier et Daniel Giessner, membres du collectif. Ces personnes procèdent au mépris des populations et en usant d'un chantage financier. Nous avons lancé depuis hier une pétition. Une réunion se déroulera ce soir à 20h30 à la salle de réunion de Rivières. »

De son côté SFR, par le biais de son directeur des relations régionales Cyrille Honegger, fait valoir que les recours en justice n'interviennent que dans le cadre d'un blocage et après un processus de concertation.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/28/844101-SFR-met-Rivieres-au-tribunal.html

Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 14:24

LA-D-p-che-copie-1.png   Publié le 19/05/2010 03:51 - Modifié le 19/05/2010 à 09:58 | B. dv

Antennes-relais - DDM 

Antennes-relais - DDM

Chose promise chose due. Le 6 juillet dernier, les trois opérateurs de téléphonie mobile SFR, Bouygues Télécom et Orange s'étaient engagés auprès des élus toulousains et des associations de riverains à constituer un fond souverain destiné à financer la mesure des niveaux d'émission des antennes relais. Ce fond qui est géré par la mairie permet à toute personne qui le souhaite de faire procéder à ces mesures sans en référer à l'opérateur.

Depuis le début de la semaine, trente antennes relais désignées par les associations de riverains, et réparties sur l'ensemble du territoire communal font l'objet de ces mesures. Les résultas de cette campagne de contrôle seront rendus publics dans le courant du mois de juin.

Mais en dépit de ce premier pas, la charte de bonne conduite que riverains, élus toulousains, et opérateurs s'étaient engagés à rédiger et qui limitait notamment à 0,6 volt par mètre le niveau des émissions n'est toujours pas écrite en dépit d'un programme établi au printemps 2009 qui prévoyait de finaliser l'engagement des opérateurs lors de la signature de cette charte qui devait avoir lieu le en septembre 2009.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/19/837927-Les-antennes-relais-sous-haute-surveillance.html

_______________________________________________________________

Commentaire du Collectif Antennes 31

De plus en plus de personnes informées commencent à prendre en considération l'éventuel risque sanitaire que font courir aux riverains d'antennes les CEM. Cela se traduit par le refus des co-propriétaires d'immeubles de renouveler leur bail ou par le refus de redéploiement ou d'ajout d'antennes. Cette crainte qui nous semble justifiée va poser à terme un problème aux opérateurs, ceux-ci pourtant refusent de s'engager dans la signature de la charte à Toulouse Il serait sûrement plus productif pour eux de mettre en place une technologie qui ne fasse pas courir de risques à la population et qui serait de ce fait mieux acceptée.

Le Collectif antennes 31 milite depuis sa création pour que le seuil de 0.6 V/m devienne la norme et que chacun d'entre nous, en tous lieux de vie, ne soit pas exposé à des CEM supérieurs à ce seuil.

Nous alertons les personnes concernées, des municipalités nous invitent à participer aux débats autour du problème que pose l'implantation des antennes-relais de tel.

Ceux qui pourraient faire évoluer rapidement la situation nous font défaut ;  il suffirait en effet que nos élus et notamment nos députés se mobilisent pour que le Parlement légifère. Il faut savoir qu'en Hte Gar, sur les 8 députés et 5 sénateurs interpellés à ce sujet seuls trois ont répondu, leur réponse est visible sur notre blog, et le moins que l'on puisse dire c'est que leur réaction n'est pas enthousiasmante. Les présidents de communauté de communes de la Hte Gar ont été aussi interpellés ; aucun n'a répondu, votre santé ne serait-elle  pas leur problème ? Heureusement nos élus sont électo-sensibles.... s'ils sentent que leur électorat est mobilisé ils réagiront; vous voyez ce qu'il vous reste à faire.

Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 07:48

logo20minutes-copie-1.jpg   Créé le 17.05.10 à 07h10
Mis à jour le 17.05.10 à 07h10 

Au total, 30 sites doivent être analysés.

Au total, 30 sites doivent être analysés./ F. Scheiber / 20 minutes

 

L'opération permettra peut-être de mettre riverains et opérateurs sur la même longueur d'onde. La mairie lance cette semaine son plan de mesures destiné à évaluer la puissance dégagée par les antennes-relais. Trente « points noirs » vont être ainsi analysés.

Tous sont des sites ou les riverains soupçonnent des champs électromagnétiques anormalement élevés et qui, théoriquement, présenteraient un risque pour la santé des populations environnantes. Pour l'instant, dix-sept adresses ont été fournies à la municipalité par des associations de riverains.
La campagne, financée par SFR, Bouygues et Orange, va se dérouler jusqu'à fin mai. Ses résultats seront connus courant juin. « À l'issue de ce plan de mesures, on va étudier les valeurs. Si certaines sont anormalement élevées, on se mettra autour d'une table avec les opérateurs pour chercher des solutions techniques afin de faire baisser les champs électromagnétiques », explique la municipalité qui n'a pour l'heure fixé aucun seuil. Les associations de riverains réclament un seuil de puissance limité à 0,6 volt par mètre. Sur 150 mesures effectuées à Toulouse depuis 2001, la moyenne des valeurs relevée est de 0,8 volt par mètre.
Cette campagne se fait en parallèle du projet de charte sur l'implantation des antennes-relais qui va associer riverains, opérateurs et mairie.E. D.

Source :  http://www.20minutes.fr/article/404710/Toulouse-Des-mesures-pour-capter-les-effets-des-antennes-rElais.php

Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 22:13

LA-D-p-che-copie-1.png   Publié le 12/05/2010 15:34 | Claire Lagadic

L'antenne pourrait être construite au n°4 de la rue Daudet./Photo DDM, C.L.

L'antenne pourrait être construite au n°4 de la rue Daudet./Photo DDM, C.L.

Un simple panneau apposé sur le grillage au numéro 4 de la rue Alphonse-Daudet de Tournefeuille annonce la construction d'une cheminée. Les riverains passent, s'arrêtent, lisent et poursuivent leur chemin. « Jusqu'au jour où on a appris qu'un opérateur veut mettre une antenne relais dans cette cheminée, relate le couple Ruelle dont la maison est située juste en face de la future installation. On ne va pas y faire passer le Père Noël ! L'antenne sera juste devant la fenêtre de notre chambre, à tout juste 10 mètres. On va être arrosés. »

Depuis, tout le quartier se mobilise. Une délégation d'une quinzaine de personnes a d'ailleurs été reçue, lundi, par Bernard Bensoussan, adjoint à l'urbanisme. « Il s'est engagé à négocier pour que l'antenne soit mise à ailleurs. » La hauteur de l'antenne relais inquiète particulièrement les riverains. « La cheminée ne mesurera qu'un mètre quatre-vingt, c'est très bas. »

Et le couple d'avouer : « On a peur. On s'est renseigné sur internet et on a trouvé un tas de risques comme Alzheimer. Certains parlent même de cancers. »

Bernard Bensoussan a entendu les habitants du quartier : « Bien sûr, nous sommes derrière nos administrés. Il s'agit là d'une demande de travaux qui n'est pas soumise à autorisation. À l'origine, ça ne nous paraissait pas exagéré. Désormais, notre but est d'apaiser les inquiétudes des riverains et de négocier avec l'opérateur pour qu'il l'installe ailleurs et que les antennes ne poussent pas à la hussarde à Tournefeuille ».

Mais de concéder : « On a peu de pouvoir car ils sont sur leur terrain en terme de droit. Il faut négocier. »

La commune a signé, en 2003, une charte avec l'ensemble des opérateurs afin que chaque projet soit porté à sa connaissance.

Riverains et commune ont jusqu'au 23 juin pour faire changer d'avis l'opérateur faute de quoi l'antenne sera montée à moins d'un recours en contentieux.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/12/833570-Projet-d-antenne-relais-On-a-peur.html

Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 08:18

LA-D-p-che-copie-1.png   Publié le 10/04/2010 03:47 | Michel Couralet

 

Le château d'eau au cœur du village. /Photo DDM MC

 

Le conseil municipal s'est réuni le mardi 6 avril . L'ordre du jour était le suivant: budget assainissement, budget commune, vote des taux d'imposition; SDEHG: éclairage route de Saint-Thomas, remplacement luminaires au centre du village, installation de prises Marché place de la poste; demande de subvention auprès de l'agence de l'eau pour le schéma d'assainissement, projet d'installation d'antennes-relais sur le château d'eau.

Devant une assistance d'une vingtaine de personnes, le conseil municipal a adopté toutes les délibérations à l'unanimité à l'exception de la délibération concernant l'installation d'antennes-relais sur le château d'eau.

Pas de nouvelle imposition

Les finances de la commune sont sous contrôle avec pour la troisième année consécutive une stabilisation des dépenses de fonctionnement. La rigueur reste cependant d'actualité. Les effets de la crise ont aussi conduit le conseil à ne pas augmenter les taux d'imposition. La subvention dédiée au CCAS a été complétée significativement pour répondre aux besoins croissants d'aide au quotidien. Les projets d'investissements seront conformes aux prévisions et resteront raisonnables compte tenu de l'endettement de la commune.

Le conseil s'est prononcé contre le projet d'antennes-relais sur château d'eau par 11 voix contre 6. L'information va être transmise au président du Syndicat Intercommunal des eaux des côteaux du Touch, propriétaire du château d'eau. La convention ne sera pas signée avec l'opérateur comme entendu entre Jean Aycaguer, président du SIECT et François Vives maire de Sainte-Foy de Peyrolières.

Source :  http://www.ladepeche.fr/article/2010/04/10/813797-Sainte-Foy-de-Peyrolieres-Pas-d-antennes-relais-sur-le-chateau-d-eau.html

Repost0

Pour Adherer