Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 06:24

  Publié le mardi 13 octoble par B. dv.

Toulouse candidate pour limiter les émissions d'ondes électromagnétiques à 0,6 Volts/m.

Toulouse saura fin octobre si elle est élue ville pilote pour le contrôle des émissions radio. Photo DDM archives
Toulouse saura fin octobre si elle est élue ville pilote pour le contrôle des émissions radio. Photo DDM archives
Toulouse saura fin octobre si elle est élue ville pilote pour le contrôle des émissions radio. Photo DDM archives

Toulouse, vient d'officialiser sa candidature au projet de limitation des émissions d'ondes électromagnétiques lancé par le ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du développement durable et de la mer. Si son dossier est accepté, la ville deviendra pilote d'un test grandeur nature qui consiste à vérifier si le téléphone portable peut fonctionner dans une cité où le volume des ondes émises par les antennes relais est limité à 0,6 volt par mètre. Pour Élisabeth Belaubre, cette candidature officielle de Toulouse au côté d'une centaine d'autres villes Française est déjà une victoire en soi. Car « elle confirme l'engagement de notre collectivité dans un domaine qui suscite des inquiétudes grandissantes et légitimes chez nos concitoyens », se félicite l'adjointe en charge de l'environnement et de la santé. Celle-ci voit dans ce projet la suite logique du moratoire à l'implantation de nouvelles antennes relais sur le domaine public imposé par le Capitole, et de l'élaboration d'une charte de bonne conduite en concertation avec les opérateurs et les associations concernées actuellement en cours de rédaction. Mais côté opérateurs, la perspective de limiter le volume des émissions crée un profond malaise. Chez Bouygues Télécom, Orange et SFR, le mot d'ordre est rigoureusement le même : on ne communique pas sur ce sujet. Et lorsqu'ils se laissent aller à quelques commentaires sous le sceau de l'anonymat, les opérateurs de téléphonie redéfinissent à leur convenance les termes de l'expérimentation qui aurait pour objectif « de valider la pertinence d'une baisse des seuils d'émission, sans pour autant déterminer des valeurs prédéfinies. » D'ailleurs « cette norme de 0,6 volt par mètre mise en avant par les associations ne repose sur aucune expérience ou bilan scientifique. » Quant à la future charte de bonne conduite « elle doit aboutir à un accord sur le déploiement harmonieux de la téléphonie mobile qui prenne en compte les besoins d'information des riverains et les besoins des consommateurs. » La langue de bois passe aussi par le téléphone.


La Charte a pris du retard

La rédaction de la charte de bonne conduite qui doit être signée entre les opérateurs de téléphonie mobile, les riverains des antennes relais et la mairie de Toulouse a pris du retard.

Après deux réunions de travail qui se sont tenues en début d'été, la troisième rencontre, au cours de laquelle le texte devait être signé, et qui était programmée pour le 7 septembre ne s'est pas encore tenue. Et selon une des parties prenante au débat : « la prochaine réunion n'est pas encore planifiée. »


Lire l'article de la dépêche en PDF:

Repost0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 14:43

   Publié le 07/10/2009 09:50 | Jean-Michel Fabre.

les négociation entre l'officier de police et les habitants du Pech Poutary. Photo DDM,Marc Salvet
les négociation entre l'officier de police et les habitants du Pech Poutary. Photo DDM,Marc Salvet
les négociation entre l'officier de police et les habitants du Pech Poutary. Photo DDM,Marc Salvet

Hier, au hameau de Pech Poutary, sur les hauteurs de Pradines, les opposants à l'antenne -relais de téléphonie mobile qu'Orange compte ériger à côté du château d'eau étaient sur le pied de guerre dès le début de la matinée. Sur le chemin des Giganties menant au site, une table de camping a été mise en travers, une banderole déroulée au milieu de la route pour faire barrage aux véhicules chargés de transporter le matériel de construction. Souriant mais décidés, les riverains vont t obliger les responsables du chantier à différer l'acheminement du mat d'antenne. « Nous ne bougerons pas « annonçait tranquillement un manifestant en précisant que l'association de défense constituait un nouveau dossier pour ester en justice devant le tribunal administratif.

Une résistance pacifique s'est, donc, organisée sous le regard des policiers. Attendant que la voie soit libre, le semi-remorque transportant le tronc de pin long d'une vingtaine de mètres qui servira d'antenne patientait au bas de la côte. Puis vers 11 heures, la tension a grimpé de quelques degrés lorsque le camion s'est avancé sur le chemin. Les opposants ont répliqué par un sit-in sur la voie de circulation.

Une négociation et un référé d'urgence

Une heure plus tard, des consignes d'évacuation sont données par la préfecture. Le capitaine Calmejane mène la négociation : « En bloquant la circulation vous êtes dans l'illégalité totale, je me dois d'intervenir. la société Orange peut aussi se retourner contre vous ».

La possibilité offerte aux manifestants de déposer un référé au tribunal de Cahors qui suspendrait les travaux convainc les plus réticents à lever le blocus. « À 12 contre 12 policiers on ne va pas quand même aller à l'affrontement ! ».

Quelques minutes de tractations plus tard, la voie est libre, le camion et son chargement plus encombrant que lourd (le mat pèse 900 kg) peuvent accéder à la zone du château d'eau, un mamelon situé à une cinquantaine de mètres environ de la première maison.

Dans l'après-midi, les représentants de l'association Pech Poutary se sont rendus au palais de justice pour déposer le référé. Ils mettent tous leurs espoirs dans le deuxième recours porté devant le tribunal administratif arguant du principe de précaution.


Pradines. Election des commissions permanentes au conseil municipal

Lors du dernier conseil municipal de Pradines du 28 septembre, ont eu lieu les élections des représentants des commissions permanentes à la mairie. Commissions des finances : l'ensemble du conseil. Commissions agenda 21 : Mmes Andraud, Debba, Duppi, Bergougnoux, Couraud, Messieurs Martinez, Brouqui, Couraud. Commissions Urbanisme : l'ensemble du conseil. Commission affaires scolaires : Mes Dalbarade, Andraud, Couderc, Randrianiaina Mac, Messieurs Feraud, Cavalier, Della Nora. Commission Culture - communication : Mesdames Sevrin Cancé, Andraud, Couderc, Duppi, Randrianiaina Mac, Mademoiselle Couraud, Messieurs Royer, Feraud, Cavalier, Couraud, Della Nora, Martinez. Commission ressources humaines : Messieurs Liauzun, Martinez, Feraud, Royer, Cavalier, Alazard, Della Nora, Vignes. Commissions patrimoine, travaux et Voirie : Mesdames Randrianiaina Mac, Andraud, Messieurs Brouqui, Feraud, Alazard, Royer, Garrigues. Commission associations, sports : Mesdames Andraud, Bergougnoux, Couderc, Duppi, Randrianiaina Mac, Messieurs Vignes, Cavalier, Alazard, Couraud, Feraud, Royer, Della Nora. L'ensemble des commissions ont été votées et approuvées par la majorité des votants.

Repost0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 07:53

 
Publié le 06/10/2009 08:52 | B.-H. Saint-Paul

L'association Pech Poutary a déposé un recours contre une délibération municipale. Orange doit débuter ses travaux aujourd'hui.

Les habitants du hameau du Pech Poutary craignent pour leur santé. Photo DDM, Marc Salvet.
Les habitants du hameau du Pech Poutary craignent pour leur santé. Photo DDM, Marc Salvet.
Les habitants du hameau du Pech Poutary craignent pour leur santé. Photo DDM, Marc Salvet.

« Nous voulons montrer qu'on est toujours là et que le combat continue », martèle Laetitia Ousset, présidente de l'association Pech Poutary. Une quinzaine de membres ont manifesté hier après-midi devant la mairie de Pradines. Leur combat : empêcher l'installation d'un mât de 15 mètres de haut, devant accueillir trois antennes relais GSM et UMTS de la société Orange, près du château d'eau de Pradines. Justement, des travaux de rénovation du château d'eau ont débuté et l'association est bien décidée à empêcher le déroulement du chantier de l'antenne.

Initialement, cette dernière devait être installée sur l'église de Labéraudie, mais suite au déplacement à Cahors de l'antenne de Lamothe sur le toit du conseil général (depuis cet été, pour une durée de deux ans. Le conseil général a fait procéder avant et après l'installation à des mesures d'émission), Orange a souhaité installer son antenne de Pradines sur les hauteurs.

« Nous ne sommes pas contre une antenne, mais contre son installation là. Pourquoi ne la met-on pas avec celle de Bouygues ? Ou entre le château d'eau et le lotissement ? », poursuit Laetitia Ousset, dont l'association reçoit le soutien de l'association nationale Priartem et dénonce un manque de dialogue de la part de la mairie. Elle met aussi en doute les engagements d'Orange sur la puissance d'émission.

Le maire réfute…

Le maire, Didier Mercereau, s'inscrit en faux : « J'ai reçu l'association plusieurs fois, y compris avec Orange. Nous avons proposé qu'il y ait des mesures de puissance d'émission, prises avant et après l'installation. L'association ne m'a jamais répondu.

Toutes les délibérations municipales ont été affichées à la mairie. Orange a par ailleurs, affiché sur le site sa déclaration des travaux, en présence d'un huissier, il y a plusieurs semaines.

Je comprends qu'on ne soit pas d'accord mais on voit que comme souvent, on n'est pas contre les antennes du moment que c'est chez le voisin… Au Pech Poutary on est contre une antenne de téléphonie mobile - alors qu'il y a celles de Cahors juste en face -, et en même temps, au hameau de Flottes, on me demande une antenne wi-fi pour avoir l'ADSL ! ».

Le Lot compte plusieurs dizaines d'antennes relais de téléphonie mobile, dont neuf situées à Cahors. Des oppositions se sont fait jour, notamment à Gindou, Lauresses, et donc Pradines, où le bras de fer s'est engagé.

Repost0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 07:38


   Publié le 03/10/2009 03:52 | LaDepeche.fr

Une partie des membres de l'association « Pech de Poutary ».
Une partie des membres de l'association « Pech de Poutary ».
Une partie des membres de l'association « Pech de Poutary ».

« Non à l'implantation d'une antenne relais au « Pech Poutary » (château d'eau) à Pradines » : c'est le cri qu'avaient lancé en février dernier, les membres de l'association « Pech de Poutary », très déterminés à s'opposer à cette installation trop près des habitations (50 à 80 mètres) de ce secteur de Pradines. Ce projet n'avait pas fait l'unanimité au sein de l'équipe municipale lors d'un vote qui avait recueilli 9 pour, 7 contre et 7 abstentions.

À l'époque une pétition avait recueilli plus de 500 signatures de riverains et de Pradinois. Ils avaient dénoncé la non-information et avaient demandé à la mairie d'appliquer le principe de précaution, à cause des conséquences néfastes des ondes électromagnétiques. Parmi leurs requêtes également, le choix d'un autre site pour cette antenne, plus éloigné des habitations. L'association avait demandé au maire et à ses conseillers de tenir leurs engagements électoraux.

En février Lætitia Ousset, vice-présidente de l'association, rappelait : « Durant la campagne et sur le bulletin municipal, le maire n'a cessé de dire qu'il souhaitait développer l'écologie, plus de dialogue, de transparence avec la population. Or du dialogue il n'y en a point eu et on nous a mis devant le fait accompli ». Le maire de Pradines les avait ensuite reçus et allait voir ce qui pourrait être fait.

Mais il semble que les travaux de l'antenne vont bientôt débuter. Aussi, l'association « Pech Poutary », n'ayant pas été mise au courant de la suite que donnait la mairie à cette affaire, invite tous les citoyens de la commune à venir les soutenir. Un rassemblement est prévu lundi 5 octobre, sur le parvis de la mairie de Pradines de 16 heures à 18 heures.

Si vous souhaitez soutenir cette action, contactez : Abder Jaballah au 05 65 23 26 30, président de l'association, ou Lætitia Ousset au 05 65 35 33 05, vice-présidente.

Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 06:39

  Publié le 02/10/2009 03:47 | LaDepeche.fr


Lundi prochain, le débat se penchera sur les antennes-relais.
Lundi prochain, le débat se penchera sur les antennes-relais.

Annoncés au forum des associations, les débats éco citoyens de l'association Eaunes Environnement et Qualité de Vie reprennent leur rythme : le lundi 5 octobre à 20h30, à la salle Damien Guarrigues (à l'abbaye), le public est cordialement invité à échanger et débattre dans une ambiance conviviale autour de la question des risques liés aux antennes-relais et plus largement aux ondes électromagnétiques qui traversent notre quotidien. Il y a 6 mois environ le gouvernement réunissait opérateurs et associations pour un Grenelle des ondes. Qu'est-il sorti de cette rencontre ? Quels principes de précaution retenus vis à vis des effets potentiels des radiofréquences ? Où en sommes-nous ? Questions complexes mais incontournables : des antennes sont déjà implantées dans notre environnement proche, d'autres implantations sont en cours de réalisation. Des membres du Collectif Antennes 31, confrontés à des situations diverses, viendront en débattre lors de ce débat. Le site de l'association actualisé en continu : http://eaunes.environnement.free.fr/





Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 06:34


  Publié le 02/10/2009 03:47 | P.Mz

Environnement. Le référé reporté au 5 novembre.

Le débat n'est pas tranché au sujet de l'implantation d'une antenne sur les toits du centre ville.Photo DDM,
Le débat n'est pas tranché au sujet de l'implantation d'une antenne sur les toits du centre ville.Photo DDM,
Le débat n'est pas tranché au sujet de l'implantation d'une antenne sur les toits du centre ville.Photo DDM,

Caramba, encore raté ! Pour la seconde fois, le référé intenté par Me Morel pour le compte de ses clients commerçants du centre ville contre l'implantation d'une antenne SFR rue de la République, a été reporté. Le débat judiciaire n'a donc pas eu lieu, hier, comme prévu. La raison ? « J'ai reçu de la partie adverse, 53 pages de conclusions et 200 pages contenant des pièces relatives au projet, hier (N.D.L.R. : mercredi) », explique Jean-François Morel. Ce second report, cette fois à la demande des plaignants, offre néanmoins un sursis supplémentaire à ces derniers, l'opérateur s'étant engagé à ne pas installer d'antennes avant la décision de justice. Nouvelle audience le 5 novembre donc !





Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 16:18


Publié le 01/10/2009 03:49 | Aurélie Alric

Environnement. Les associations poursuivent le combat contre les antennes. La mairie les écoute.

Les collectifs blagnacais ont rencontré Pascal Boureau mardi soir.Photo DDM, A.A.
Les collectifs blagnacais ont rencontré Pascal Boureau mardi soir.Photo DDM, A.A.
Les collectifs blagnacais ont rencontré Pascal Boureau mardi soir.Photo DDM, A.A.

Les collectifs du quartier de l'Aérogare et de l'avenue du Parc qui dénoncent la présence des antennes-relais, notamment à proximité des écoles, ont rencontré Pascal Boureau, adjoint délégué à l'environnement et au cadre de vie, mardi soir.

Sujet du jour : la candidature de Blagnac au Grenelle des ondes, lancé par le ministère de la Santé. Face aux actions menées par les associations blagnacaises pour alerter la population sur les risques liés à l'exposition aux ondes électromagnétiques, la municipalité a décidé de répondre à l'appel de candidature du gouvernement. Entre 12 et 20 villes témoins seront sélectionnées pour participer à une table ronde avec les opérateurs de téléphonie dans le but de limiter le seuil d'émissions des ondes à 0,6V/m, mesure certifiée sans danger pour la santé publique par les experts indépendants.

La municipalité s'engage

« Le dossier de candidature doit être déposé avant le 31 octobre. D'ici là, nous souhaitons travailler avec les associations pour développer un argumentaire solide qui nous permettra de faire partie des villes sélectionnées », a précisé Pascal Boureau.

De leur côté, les collectifs ont rappelé leurs inquiétudes pour la santé des personnes fragiles.

« Cela fait maintenant trois ans que nous réclamons le redéploiement des antennes », rappelle Dora Pinel, membre du collectif de l'avenue du Parc. Et Caroline Cambon, du collectif de l'Aérogare d'ajouter : « Nous sommes inquiets pour nos enfants. Nous avons organisé des mesures à l'école de l'Aérogare. Les pics atteignent 5,3V/m alors que les mesures entreprises par la municipalité ne dépassent pas le seuil des 1,3V/m. »

« Notre objectif est de mettre en place des mesures régulières qui permettent de déterminer les préjudices subis par la population sur du long terme. Ces éléments nous permettront de négocier un redéploiement des antennes avec les opérateurs », a précisé Pascal Boureau. « En étant sélectionnés pour le Grenelle des ondes, nous obtiendrions des aides matérielles qui faciliteraient nos démarches. Si nous ne sommes pas retenus, la commune prendra à sa charge les mesures à effectuer et la démarche sera entamée dès la fin de l'année ». Les villes choisies pour participer au Grenelle seront connues dès la mi-novembre.

Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 06:21


  Publié le 29/09/2009 03:50 | LaDepeche.fr

Justice. Jeudi matin, un juge décidera de la suite à donner à un projet qui fait polémique...

Au départ, seule Danielle Deloche, la libraire de la rue de la République de Montauban, avait déposé plainte. Mais depuis ce dépôt initial, d'autres plaintes sont venues épaissir le dossier. émanant pour la plupart de commerçants avoisinants. Qui s'inquiètent de la future implantation d'une antenne relais de téléphonie, pour le compte des sociétés SFR et Sogetrel, sur le toit d'un immeuble situé dans la rue de la République.

Une première fois repoussé, le dossier de la future antenne relais devrait, normalement, arriver à la barre du tribunal du juge des référés ce jeudi matin. Me Jean-François Morel l'avocat des plaignants s'appuiera, notamment, sur une pétition signée par plusieurs commerçants montalbanais pour dénoncer les dangers encourus par une grande partie du voisinage de ladite antenne. Le principe de précaution sera largement évoqué dans le prétoire ainsi que différents cas qui ont été plaidés dernièrement et qui ont débouché sur le démantèlement d'antennes relais. Le 18 septembre 2008, le tribunal de grande instance de Nanterre avait ordonné notamment que la société Bouygues Télécom démonte ses installations. Décision confirmée dans les mois qui suivirent par la cour d'appel de Versailles. Nouvel épisode de cette opposition dans quelques heures au tribunal de Montauban.Pour commencer...

Repost0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 08:13

Vendredi 25 Septembre 2009




















Près de 300 enfants sont scolarisés à l'ombre de la tour de France 3. (photo THIERRY DAVID).

Le 27 mai dernier, les parents d'élèves membres du « collectif anti-antennes L'Assomption C3A » n'étaient pas loin de crier victoire. Ce jour-là, ils ne pouvaient qu'interpréter au pied de la lettre les propos tenus par Alain Juppé devant les caméras de France 3 Aquitaine. « Il faut maintenir la règle d'interdiction des antennes de téléphonie mobile dans un périmètre de 100 mètres autour des écoles », avait insisté le maire de Bordeaux, en affichant une tranquille détermination. Cela ne pouvait pas mieux tomber !

Quelques jours plus tôt, le collectif avait alerté les services municipaux sur la présence de trois pylônes dans un quartier proche du centre-ville. Propriété d'Orange et situées à moins de 30 mètres de l'école primaire de L'Assomption, ils émettent depuis le haut d'une tour de... France 3 Aquitaine ! Pas plus la chaîne publique que l'opérateur n'envisagent de les décrocher. Et la mairie de Bordeaux se borne, pour l'instant, à constater que les rayonnements « sont conformes à la réglementation ».

« Près de 300 enfants fréquentent L'Assomption, dont beaucoup ont entre 2 et 3 ans, insistent Anne Bitton et Laurence Piccoly-Lafon, les porte-parole du collectif. On sait que des antennes à proximité immédiate des écoles, cela pose problème. Pour les quelques milliers d'euros que cela peut rapporter chaque année à France 3, peut-on prendre le risque d'inonder d'ondes toute la journée des cerveaux en formation ? »

« Il n'y a pas de danger »

La majorité des scientifiques estime que les émissions des antennes sont trop faibles pour avoir un impact significatif sur la santé. À condition seulement de ne pas vivre en permanence à leur contact. Plusieurs spécialistes réunis à Bordeaux au printemps dernier, à l'initiative d'Alain Juppé, ont, malgré tout, recommandé de bannir ces équipements de l'environnement immédiat des crèches, écoles et résidences pour personnes âgées.

« Cela concerne les installations à venir, précise Jean-Louis David, l'adjoint en charge de ces questions. Pour celles existantes à proximité des sites sensibles, nous avons fait procéder à des mesures. Aucune n'a révélé de dépassement des seuils limites. Les rayonnements sont largement inférieurs aux plafonds autorisés. Il n'y a absolument aucun danger. » Ce qui n'empêche pas François Cros, le directeur général de L'Assomption, de juger la démarche des parents « légitime ».

Mesures contestées

Les enregistrements effectués par la société Aexpertise dans la cour de récréation de l'établissement privé et au deuxième étage d'un bâtiment indiquent 0,88 et 1,6 volt par mètre. Soit des valeurs inférieures de 16 à 31 fois aux maxima. Mais ces chiffres restent supérieurs au 0,6 volt par mètre préconisé aujourd'hui par les associations de défense des riverains comme Robin des toits, à laquelle adhère le collectif bordelais.

« Ces relevés sont sujets à caution, insistent Anne Bitton et Laurence Piccoly-Lafon. Le rapport remis à la mairie indique clairement que le demandeur est Orange. Les opérateurs sont vraisemblablement informés de la venue des techniciens. Comment être sûr que l'intensité n'est pas baissée le jour du contrôle. Seul le recours à des organismes dont nous sommes certains de l'indépendance, comme le Criirem, pourrait garantir la fiabilité des relevés. »

Orange nie tout contact avec les bureaux d'études. « Nous travaillons en étroite collaboration avec la mairie, reconnaît Jean-Maurice Bentolila, le chargé de communication de l'opérateur. Le coût des mesures des champs électromagnétiques est effectivement à notre charge. Mais nous les découvrons lorsque nous recevons la facture. » Propos confirmés par Jean-Louis David, l'adjoint d'Alain Juppé. « Nous faisons appel à une société agréée par l'Agence nationale des fréquences. Lorsque le technicien se présente à la mairie, il ignore où il va aller. »

Silence télé

France 3 Aquitaine n'a pas souhaité s'exprimer sur ce sujet alors que son directeur, Jean-Pierre Bertrand, a, lui aussi, fait procéder à des analyses. Au même moment que celles effectuées à la demande de la municipalité. Le fait que les rayonnements soient largement inférieurs aux normes n'a pas empêché que le sujet soit débattu en interne. Aussi bien à Bordeaux qu'à l'échelon national, la chaîne hébergeant les antennes d'Orange dans plusieurs grandes villes de France.

« Le loyer annuel tourne autour de 5 000 euros par site. France 3 pourrait s'en passer et ne pas exposer son personnel à ces champs magnétiques », lâche, sous couvert d'anonymat, un représentant syndical.

En 2008, à Lyon, deux cas de cancer avaient conduit le maire à faire retirer, par précaution, une antenne d'une école. Le collectif bordelais avance, lui aussi, l'existence de pathologies de cette nature au sein des effectifs de France 3, notamment chez un salarié en poste dans une pièce où le niveau des émissions est le plus important, quoique très loin du seuil maximal.

« Quelle que soit l'intensité, elle est trop forte quand on reste pendant des années huit à dix heures par jour à proximité de ces antennes », s'insurgent les parents d'élèves.

Auteur : Dominique richa

Source : http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/716893/mil/5146628.ht

Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 11:05

Publié le 25/09/2009 09:53 | P.-E. Pourquier

Alors que la mairie s'est portée volontaire pour être «ville pilote 0,6v/m», le wifi vient d'être supprimé des écoles primaires.

Le centre culturel est le seul point relais du centre-ville. C'est également le seul point relais appartenant à la municipalité. Photo DDM, Florent Raoul
Le centre culturel est le seul point relais du centre-ville. C'est également le seul point relais appartenant à la municipalité. Photo DDM, Florent Raoul
Le centre culturel est le seul point relais du centre-ville. C'est également le seul point relais appartenant à la municipalité. Photo DDM, Florent Raoul

Le wifi à l'école, c'est fini. Depuis quelques jours, toutes les écoles maternelles et élémentaires de Foix sont câblées. Les travaux ont eu lieu durant l'été. « C'est une problématique de santé, rappelle Jean-Pierre Delorme, membre du collectif Ariège haut débit sans wimax ni wifi. Les enfants sont beaucoup plus sensibles aux ondes. En attente d'éléments scientifiques que l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Affset) doit nous fournir prochainement, on encourage les écoles à réduire l'utilisation du wifi ou à câbler. » Décision à titre préventif, donc, mais la municipalité semble vouloir poursuivre ce type d'initiatives.

Le 15 juillet dernier, le conseil municipal a entériné l'inscription de la cité en temps que ville pilote 0,6v/m. Selon Danielle Delavergne, maire adjoint en charge de l'environnement, à la suite du Grenelle de l'environnement et de la demande de l'association Robin des toits, « le ministère de la Santé a demandé à des villes d'être pilotes » pour que les opérateurs de téléphonie mobile baissent leurs pics d'émissions, actuellement entre 41 et 61 volts par mètre.

« Donc, on s'est inscrit, raconte l'élue et il y a deux jours, nous avons reçu un questionnaire. »

Enquêtes

Au final, 20 villes seront désignées. Chacune des municipalités inscrites doit désigner un quartier, le nombre d'habitants au mètre carré. D'autres questions restent en suspens : qui paiera ? Quand est-ce que les villes seront désignées ? « C'est très flou, note Danielle Delavergne. En tout cas, l'objectif est de demander aux opérateurs d'émettre au plus bas niveau pour voir si ça marche. »

De son côté, la municipalité a demandé à un organisme indépendant, le Centre de recherche et d'information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants (Criirem) de faire des mesures dans différents lieux de la ville pour connaître les points les moins nocifs. Une même enquête diligentée par les opérateurs avait déjà été menée par Veritas. « Le contrôle avait eu lieu entre 9 heures et midi, se rappelle Danielle Delavergne. J'ai demandé au technicien si c'était l'heure des pics et il m'a répondu que c'était plutôt entre midi et deux et après 18 heures. »


Huit antennes relais quadrillent la ville

Actuellement, le centre-ville de Foix est épargné par les antennes relais. Trois lieux les accueillent, dont un municipal : le centre culturel, la gare de la SCNF et la tour du Capitany. « La législation ne nous permet pas d'intervenir quand il y a installation d'une antenne, explique Danielle Delavergne, maire adjoint en charge de l'environnement. On peut juste refuser celles qui sont posées sur un bâtiment public. »

Du coup, la municipalité ne sait pas si une antenne a été modifiée. Danielle Delavergne a remarqué, il y a quelques jours, par exemple, en passant devant en voiture, que celle du Capitany était différente. L'une des antennes a effectivement été modifiée, selon le site Internet de l'Agence nationale des fréquences (ANFR) le 17 juillet dernier.

L'agglomération de Foix compte huit points d'antennes dont un à Vernajoul et un autre à Arabaux.

La plus vieille antenne, celle de la tour Capitany, a été implantée en 1999.

Repost0

Pour Adherer