Qui Sommes-Nous ?

  • : Association Collectif Antennes 31
  • : L'association Collectif Antennes 31 a pour objectif de fédérer et soutenir les collectifs du département de la Haute-Garonne. Elle demande un abaissement des seuils à 0.6V/m, elle dénonce l'implantation d'antennes relais prés de lieux sensibles tels que écoles, hôpitaux, crèches, stades, elle demande l'application du principe de précaution compte tenu des études scientifiques internationales.
  • Contact

PREMIERE VISITE ?

Recherche

SIGNER LA PETITION

Pour signer la pétition cliquer ici :

Archives

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 20:11
Romandie News

Antennes-relais: des parents d'élèves assignent Bouygues Telecom en justice

LYON - Une vingtaine de parents d'élèves ont assigné mardi devant le tribunal de grande instance de Lyon, l'opérateur de téléphonie mobile Bouygues Telecom pour "trouble du voisinage" afin qu'il démonte une antenne-relais située à proximité de l'école où sont scolarisés leurs enfants.

Le jugement a été mis en délibéré au 15 septembre.

Regroupés au sein du "Rassemblement pour des écoles sans pollution électromagnétiques" (Respem), ces parents d'élèves de l'école Gerson, dans le 5e arrondissement de Lyon, réclament depuis plus de deux ans le démantèlement, voire le déplacement de cette antenne, située à 30 mètres de la cour de récréation "au nom du principe de précaution".

L'antenne, dissimulée dans une fausse cheminée, surplombe la cour de l'école située sur le toit de l'établissment, dans le quartier du Vieux-Lyon.

"Ce dossier est unique pour trois raisons: la très grande proximité de l'antenne avec l'école, le fait que la population exposée soit essentiellement des enfants de 2 à 10 ans, et enfin que l'antenne se situe quasiment à la même hauteur que la cour où jouent les enfants", a souligné l'avocat des familles, Me Franck Heurtrey.

De son côté, l'avocat de Bouygues a plaidé l'incompétence de la chambre des urgences du TGI de Lyon. "Ce dossier relève du pouvoir de la justice administrative", a souligné Me Christophe Lapp selon lequel, "il n'existe pas de preuve de la dangerosité des ondes" émises par les antennes-relais.

Le 4 février, Bouygues Telecom avait été condamné en appel à démonter des antennes à Tassin-la-Demi-Lune, dans l'ouest lyonnais, sous astreinte de 500 euros par jour de retard, une première en France, et à verser 7.000 euros de dommages et intérêts à chacun des trois couples riverains qui estimaient avoir été exposés à un risque sanitaire.

L'opérateur s'est pourvu depuis en cassation.

(©AFP / 23 juin 2009 17h29) 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ondes31 - dans JUSTICE

Pour Adherer